Présentation| Adhérez| Actualités| Activités| Agenda| Sentinelles| Nos publications| Archives| Vidéo|



Inscrivez vous à la newsletter


Qualité de l'eau

Nitrates : la Bretagne submergée
(mise à jour déc 2010)

L’eau va mal. Alors que ses rivières fournissent aux bretons 80 % de l’eau des robinets, on a méprisé l’eau, on l’a souillée… en laissant croire que la fuite en avant dans l’interconnexion des réseaux ou la «dénitratation» suffirait à régler le problème !

Les cris d’alarme lancés dès le début des années 1970 par Eau & Rivières n’ont pas été entendus et aujourd’hui, c’est l’ensemble de la région qui se trouve classée en « zone vulnérable aux nitrates d'origine agricole», en application d'une directive européenne de 1991. C'était le cas dès 1994, premier classement des zones vulnérables. C'est toujours le cas en 2007, lors de la dernière révision de ce classement. Même si en 2007, au delà du seul cas de la Bretagne, plus de la moitié du territoire métropolitain est ainsi officiellement déclarée polluée par les nitrates d'origine agricole. La Bretagne reste la première région à avoir été intégralement classée comme telle... sans aucune réduction du territoire pollué depuis lors.

courbe nitrates
(cliquez sur l'image pour agrandir)

En 2009, la concentration annuelle régionale selon le percentile 90 moyen était de 36 mg/l de nitrates, soit légèrement inférieure à l'année 2008 avec 38.2 soit une 3ème année de baisse consécutive.

Le percentile 90 (Q90) est l'indicateur retenu pour la caractérisation de l'état des masses d'eau, en application de la DCE. Le Q90 n'est pas une moyenne, il représente pour un point d'observation donné la concentration pour laquelle 90 % des mesures étaient inférieures. Dans ce graphique est représenté pour chaque année le Q90 moyen c'est-à-dire la moyenne des Q90 de tous les points suivis en Bretagne par le réseau de contrôle de surveillance de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne.


Entre 1970 et la fin des années 1990, la pollution moyenne des rivières de Bretagne a été multipliée par 7. Après une phase de décroissance, elle semble se stabiliser autour d'une moyenne régionale de 40 mg/l. Cette moyenne cache de grandes disparités, comme en témoigne la carte ci-après où les points rouges pointent des dépassements supérieurs à 50 mg/l. et le dernier (!) points bleus des teneurs inférieurs à 10 mg/l., mais aussi une uniformisation des teneurs sur la Région. Ces tableaux de suivi sont les derniers mis en ligne sur le portail de l'environnement Bretagne 


Cette pollution par les nitrates n’a pas que des conséquences sanitaires. Elle perturbe également l'équilibre des écosystèmes sur le littoral (marées vertes), dans une région où le tourisme et les activités maritimes constituent des secteurs clé de l’économie. Elle dégrade l’image de marque de cette région, et provoque une véritable fracture sociale, les pollués acceptant de plus en plus mal de payer une addition de plus en plus coûteuse sans perspective d'amélioration durable.

flux_No3_2009
cliquer pour agrandir

L’évaluation des flux est effectuée à partir des flux des principaux bassins versants de la région Bretagne. Avec un écoulement superficiel de 10,9 milliards de m3, le flux est évalué à 70 200 tonnes d’azote soit 36,8 kg N/ha de surface agricole utilisée. Ce flux rejeté en mer bien qu’inférieur à 2008 reste élevé et se situe dans le même ordre de grandeur que le flux observé en 2006 (source DREAL)

Voir aussi sur le sujet :

Le contentieux européen
Quelle efficacité des programmes publics ?
De l'eau potable, mais à quel prix ?
Le laxisme de l'Etat
Une mesure indispensable: réduire le cheptel
Un cas d'école, le bassin de l'Ic
Eau & Rivières de Bretagne et l'affaire Hirondel : Analyse d'une situation de crise. (pdf - 340 ko)

Arrêtés de juillet 2009 relatifs au 4e programme d'action : Côtes d'Armor et annexe, Finistère + annexe, Ille-et-Vilaine, Morbihan + annexe

Carte des Zones d' Excédents Structurels

crédits - mentions légales - plan du site - contact