Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


EDITO 139

ÉQUILIBRE


« Pour l’humanité, nul défi n’est plus important au niveau mondial que de gérer l’environnement de la planète de manière à assurer le maintien de toutes les formes de vie. L’équilibre écologique dont dépendent les générations actuelles et futures ne peut être préservé qu’en équilibrant les flux énergétiques et les flux de nutriments ».
À première vue, ce constat, porté à l’occasion de la 20e session du comité Alimentation/agriculture de l’ONU tenue à Rome en ce mois d’avril, pourrait sembler très éloigné des contingences bretonnes. Il ne l’est pas. Pas plus que ne le sont les nécessités rappelées ces derniers jours d’une
action vigoureuse contre les dérèglements climatiques, le gaspillage énergétique, ou l’appauvrissement de la biodiversité. Car en tous ces domaines, sans changement des comportements individuels et collectifs, nous préparons un avenir médiocre à tous les enfants de la terre.
Hélas, la France engluée dans des politiques du siècle précédent, est à la traîne dans la plupart des domaines.
Déjà en 1979, à propos de la pollution d’un puits de la commune de Pléhédel, le médecin inspecteur de la DDASS des Côtes-d’Armor faisait ce triste constat : «
Les impératifs agricoles du moment prévalant hélas sur la santé publique, il n’est guère possible de s’y opposer ». Chacun sait le prix à payer de ce déséquilibre dans la conduite publique du développement de notre région.
Et aujourd’hui encore : d’un côté, l’État mobilisé pour trouver en quelques semaines une quinzaine de millions d’euros pour pallier la fermeture des prises d’eau surnitratées. De l’autre, ces mêmes pouvoirs publics, indifférents donc incapables de trouver une solution pour réduire l’injustice financière dont sont victimes les paysans engagés au quotidien dans l’agriculture durable ; précisément celle qu’il faudrait soutenir et développer pour réduire la contamination des eaux.
Prévenir les impacts écologiques plutôt que d’essayer d’en corriger les dégâts, c’est ce nouvel équilibre, ici comme ailleurs, qu’il faut trouver, pour les nitrates comme pour le reste. 
                                                 

                                                               Eau et Rivières de Bretagne

crédits - mentions légales - plan du site - contact