Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2014

Actu semaine 42/2014


Le démantèlement des barrages sur la Sélune en enquête publique

Les barrages de la Roche qui boit et de Vezins sur la Sélune bloquent la libre circulation des poissons migrateurs et provoquent d'autres dommages à l'environnement naturel de cette vallée. Le projet de leur démantèlement est actuellement en enquête publique jusqu’au 17 octobre.

La Sélune est un fleuve côtier qui se jette dans la baie du Mont-Saint-Michel. De ce fait, elle présente un intérêt halieutique et piscicole majeur. C’est d’ailleurs un des tout premiers bassins à saumon de France à avoir été classé comme cours d’eau à migrateurs dès 1924.

photo algues

Les barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche qui Boit mesurent quelques dizaines de mètres de hauteur chacun, et constituent donc un obstacle majeur à la libre circulation des espèces de poissons migrateurs. Implantés dans les années 1930, ils devaient être équipés de dispositifs techniques garantissant la libre circulation des migrateurs au plus tard début 1991. Or, 18 ans après, seules des études techniques avaient été réalisé, qui démontraient l’impossibilité d’aménagement pour la montaison et la dévalaison des poissons migrateurs, en particulier des saumons et des anguilles.

Le démantèlement des deux barrages permettrait donc d'assurer enfin le respect de ces obligations légales anciennes, comme la conformité avec les Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin Seine-Normandie de 1996 et 2009, ainsi qu’avec la réglementation européenne et nationale : Directive européenne Cadre Eau de 2000, loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques de 2006.

De même, le SAGE Sélune avait, dans ses objectifs, tranché en faveur de l’effacement de ces ouvrages anciens perturbant gravement la vie aquatique. Eau & Rivières de Bretagne, membre de la Commission locale de l’eau réunissant les acteurs locaux qui a établi ce SAGE, ne peut donc que saluer cette mesure indispensable à la restauration du bon état écologique de nos cours d’eau.

Néanmoins, ce démantèlement peut se traduire ponctuellement par une dégradation importante de la qualité des eaux durant l'opération, suite aux relargages de matières en suspension à l'aval des ouvrages. A cet égard, il est essentiel que les dispositions techniques prévues au dossier soient scrupuleusement appliquées, et si besoin est, au vu du déroulement des travaux, complétées par toute mesure indispensable à la protection du milieu à l'aval.

En outre, il est indispensable que soit assurée au quotidien la transparence la plus totale sur le déroulement des opérations, les conditions notamment de pluviométrie et de débit dans lesquelles elles sont menées, les impacts sur le milieu, et les éventuelles mesures correctives prises pour les réduire.

Sous le bénéfice de ces observations, notre association émet un avis très favorable au projet soumis à enquête publique.

Voir l’avis d’Eau & Rivières de Bretagne.

  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact