Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2014

Actu semaine 28bis/2014


Pesticides, les distances de sécurité
à proximité des habitations oubliées



Les aires de jeux seraient protégées des épandages de certains pesticides

L'intoxication des enfants d'une école de Gironde après que le champ voisin ait été traité par des pesticides avait fait grand bruit. La réaction de la ministre de l'Écologie ne s'était pas faite attendre. Il fallait mettre en place des distances de sécurité (ou zones non traitées) à proximité des écoles ; une distance de 200m était même avancée. L'idée était tellement bonne qu'il fut un temps question d'étendre cette mesure à proximité des habitations. C'est dans le cadre du projet de loi d'avenir agricole que ces mesures ont été discutées et que la reculade de l'État a eu lieu.

Le projet de loi a été voté par l'assemblée nationale dans la nuit du 9 au 10 juillet dernier. Concernant les écoles, l'application des pesticides serait interdite dans les lieux accueillant des enfants. Tous les pesticides ne sont pas interdits ; les produits à faibles risques (dont la liste n'est pas connue) et ceux dont le classement ne comporte que certaines phrases  de risques déterminées par l'autorité administrative sont autorisés...  À proximité de ces zones et des établissements hospitaliers, l'application des pesticides est conditionnée à la mise en place de mesures de protection adaptées (haies, dispositifs anti-dérives, horaires de traitement adaptés). Si tel n'est pas le cas, une "distance minimale adaptée en deçà de laquelle il est interdit d'utiliser ces produits à proximité de ces lieux" doit être  déterminée. Et concernant des zones non traitées à proximité des habitations? Rien!

Il est fort regrettable que malgré les alertes récurrentes de la population concernant des troubles liés aux épandages de pesticides, nos députés n'aient pas su prendre d'engagement fort de protection des personnes, et notamment des enfants. Les questions de santé semblent peser bien peu de chose face aux lobbys de l'agrochimie.


  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact