Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2014

Actu semaine 26/2014

Épandage de pesticides :
des distances de sécurité indispensables



Alors que la ministre de l'Écologie annonçait le mois dernier une interdiction d'épandage des pesticides à moins de 200m des écoles, son homologue de l'agriculture a récemment précisé dans un communiqué de presse le 19 juin dernier : « Il n'a jamais été question d'interdire cette utilisation à moins de 200 m des habitations ». Pour Eau & Rivières de Bretagne, il est pourtant indispensable de mettre en place des distances de sécurité pour l'épandage des pesticides à proximité des lieux de vie, collectifs et individuels.

Nul ne peut aujourd'hui contester sérieusement le lien entre exposition aux pesticides et maladies. De nombreuses études ont démontré ce lien, dont celle du professeur G-E Séralini sur les risques toxicologiques à long terme du Roundup et d'un maïs OGM, republiée le 24 juin dernier. Le combat des victimes, demandant reconnaissance de leur maladie professionnelle devant les tribunaux, les expertises judiciaires, les jugements de plusieurs juridictions ont confirmé le danger des pesticides.

Personne ne peut non plus contredire la nécessaire mise en place d'une réglementation cohérente encadrant l'utilisation de ces poisons et la protection des populations. La réglementation actuelle est partielle, et instaure de trop nombreuses dérogations rendant sa portée très insuffisante et son contrôle quasi-impossible. Ainsi, l'arrêté ministériel du 12 septembre 2006
(voir ici) indique que : "Les produits ne peuvent être utilisés en pulvérisation ou poudrage que si le vent a un degré d’intensité inférieur ou égal à 3 sur l’échelle de Beaufort". Qui va contrôler une telle mesure ? Pourquoi existe t il une zone non traitée obligatoire pour protéger les poissons de nos cours d'eau, et pas de zone non traitée pour protéger nos enfants qui jouent dans leur jardin ?

Pour Eau & Rivières de Bretagne :

  • la première stratégie de protection doit être l'évitement de l'exposition des populations aux pesticides et donc une réduction significative de leur usage associé à un changement des pratiques agricoles,
  • la décision d'autorisation et d'encadrement de l'usage des pesticides ne peut demeurer entre les seules mains du ministre de l'agriculture ; il faut une codécision des ministres en charge de la santé, de l'environnement, et de l'agriculture.
  • une distance de sécurité (ou zone non traitée) doit être mise en place à proximité des lieux de vie (collectifs et individuels),
  • un suivi régulier des pesticides dans l'air doit être instauré pour permettre un contrôle ciblé de leur utilisation et le cas échéant servir à alerter les populations .
Eau & Rivières de Bretagne demande aux parlementaires de ne pas céder aux diktats corporatistes de la FNSEA et du lobby chimique et de soutenir l'amendement Bonnefoy. Notre association invite les citoyens bretons à signer la pétition mise en ligne par l'association Générations Futures



  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact