Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2013

Actu semaine 17bis/2013


Clapage en mer des vases
du port de Loctudy

photo lesconil

On apprend aujourd'hui par la presse régionale que les pêcheurs du Pays bigouden sont en colère. En cause, la reprise du dragage du port de Loctudy, dont les boues sont clapées en mer en pleine zone natura 2000, qui plus est, un secteur riche en langoustines. Pourtant le porteur de projet (le conseil général du Finistère) avait garanti, lors de la phase d'instruction, que la dispersion des boues permettait un dépôt d'à peine plus d'un millimètre...

La cinquantaine de pêcheurs organisée en association a de bonnes raisons d'être en colère. Plusieurs traits de chalut réalisés à leur initiative ont démontré que la vase compacte et plusieurs autres déchets du port étaient en train de condamner le secteur.


En tant qu’association écologiste, Eau & Rivières de Bretagne ne se sent en rien concerné par les propos de JP Biger dans les colonnes d’Ouest-France au sujet de la soi-disante « passivité des écologistes ». En effet, depuis le début, Eau & Rivières, FNE et Bretagne Vivante tentent de faire annuler l'autorisation administrative de clapage de ces boues délivrée par le préfet du Finistère. Pour mémoire, lors de l'enquête publique , Eau 1 rivières a émis des doutes sérieux sur la dispersion des vases, doutes non levées qui l'ont incité à voter contre ce projet lors de son passage en Coderst (1). Puis, Eau & Rivières a fait un recours gracieux auprès du Préfet, qui a été rejeté, puis mis en oeuvre un recours au fond auprès du Tribunal administratif accompagné d'un recours en référé suspension qui a été rejeté. De plus, Eau & Rivières participe au comité de suivi des travaux. Lors des réunions de ce comité, l'association a réitéré ses doutes sérieux, sans que ceux-ci soient  jamais pris en compte. Les mesures prises par le maître d’ouvrage lors du dernier comité de suivi resteront inopérantes, et c'est pourquoi Eau & Rivières demande au préfet d’arrêter le chantier et au conseil général de rechercher d’autres solutions

(1) Conseil de l’Environnement et des Risques sanitaires et technologiques

  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact