Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualité

Actu semaine 15bis/2013

« Quelles agricultures pour l'eau en Bretagne ? »
Un colloque réussi !

Plus de 150 personnes étaient présentes à Rostrenen pour parler avenir de l'agriculture.

Eau & Rivières de Bretagne organisait le 5 avril dernier son XIVème colloque à Rostrenen sur le thème « Quelles agricultures pour l'eau en Bretagne ? ». Une journée réussie tant sur le plan du contenu des interventions et des débats, que sur le plan de la participation du public !

Si ERB a décidé de consacrer son colloque régional annuel à l'avenir de l'agriculture bretonne, c'est bien parce que, comme l'a indiqué en introduction le Président d'ERB, Jo Hervé, il est temps de « réconcilier les agriculteurs et la société ». Et c'est aussi parce que le sujet est brûlant d'actualité en cette année de transition : du niveau européen avec la révision de la Politique Agricole Commune, au niveau régional avec l'élaboration du 5ème programme d'action Nitrates...

Il fallait d'abord partir d'un état des lieux. C'est Marie Dubois, chef du service Statistique de la DRAAF, qui a présenté les résultats de l'enquête statistique sur les pratiques agricoles au regard leur impact sur l'environnement. Cette enquête réalisée auprès des agriculteurs en 2011-2012 permet de dégager plusieurs constats : en 10 ans, un tiers des exploitations ont disparu ; les pratiques agricoles ont évolué tant pour ce qui est de la fertilisation que de l'application des pesticides...

Pourtant, à écouter Pierre Aurousseau, Président du Conseil Scientifique de l'Environnement de Bretagne, ces constats ne se traduisent pas systématiquement en une évolution positive de la qualité des eaux pour le paramètre Nitrate... Les flux sortants des bassins versants bretons restent élevés : 72 800t d'azote en 2010, en témoignent les marées vertes toujours d'actualité dans notre région !

Alors comment s’opèrent les changements de pratiques, qui doivent aujourd'hui prendre de l'ampleur pour pouvoir avoir une influence sur la qualité de nos eaux ? C'est Alix Levain, ethnologue au Muséum National d'Histoire Naturelle, qui nous a apporté quelques pistes de réflexion, à partir de l'enquête ethnographique qu'elle a réalisée sur 3 bassins à algues vertes. Rôle fondamental des institutions et de leurs relais, influence sociétale et contexte territorial, solidarité locales et dynamiques collectives,... autant de paramètres et de sujets de recherche qu'il est indispensable de comprendre pour pouvoir aborder le changement de pratiques agricoles.

L'exemple concret de l'expérience de Thierry Thomas, agriculteur en Côtes d'Armor, a permis de nous rendre compte des possibilités offertes aux agriculteurs pour améliorer leurs pratiques avec l'objectif d'une meilleure prise en compte de l'environnement. C'est quand il s'est rendu compte de l'impact de son système d'exploitation sur son environnement et des contradictions au sein de sa ferme, qu'il a décidé de modifier ses pratiques. Mais, pour lui, le changement de pratiques doit aussi et surtout passer par une feuille de route claire données aux agriculteurs, par des règles administratives stables et cohérentes, par la stabilité et l'encadrement des marchés, par un conseil agricole déconnecté de la vente, par une information claire aux agriculteurs sur les dangers des pesticides, par une réappropriation de la question agricole par les acteurs politiques locaux, etc.

Le changement passera également par la PAC, qui est en cours de révision... Samuel Féret, coordinateur du Groupe PAC 3013, a développé les négociations en cours sur le verdissement des aides directes de la PAC, et sur l'avenir des aides au développement rural. Parlement européen, Conseil des Ministres et Commission européenne continuent de discuter jusqu'en juin sur les futures dispositions de la PAC, pour ne application réelle fin 2014, après les négociations à l'échellon national en 2014.

La table ronde a ensuite permis d'échanger et de débattre sur les différents types d'agricultures que sont l'agriculture biologique, l'agriculture durable et l'agriculture écologiquement intensive, représentées par Henri Thépaut (FNAB), Patrick Guérin (FRCIVAM) et Alain Retière (AEI).

En conclusion Gilles Huet, délégué régional d'ERB, et Thierry Burlot, Vice-Président du Conseil régional de Bretagne, en charge des territoires et de l'environnement, se sont rejoints sur un point essentiel : « Au delà même des associations, il est indispensable que les citoyens/consommateurs, et les élus, se réapproprient la question agricole ».

Lire la conclusion du colloque, par Gilles Huet



  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact