Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 51/2012

Consultation sur l'eau : Eau & Rivières informe



La consultation sur les enjeux de la révision du Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux Loire-Bretagne est organisée par l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne du 1er novembre 2012 au 30 avril 2013 (6 mois). Eau & Rivières a organisé sa première réunion d'information sur cette consultation. Elle a permis de faire le point sur l'état des eaux en Bretagne vis-à-vis des objectifs de la Directive européenne Cadre Eau, le bon état des eaux vers lequel le SDAGE est sensé nous porter.

L'occasion de rappeler entre autres :

Sur l'état des lieux
. que la définition du bon état est toute relative quand on sait que 49 mg/l de nitrates et/ou présence de glyphosate (round up) est considéré comme le bon état de l'eau ;
. que le manque de connaissance sur les résidus de médicaments et autres perturbateurs endocriniens rend la démarche prétentieuse ;
. qu'en Bretagne, nous sommes encore loin d'atteindre les objectifs de bon état fixés par le SDAGE de 2009 ;

Sur la consultation
. que un mois et demi après le lancement de la consultation par l'Agence de l'eau, aucun des participants, pourtant sensibilisé à la question, n'en a  entendu parler ;
. qu'avant de répondre on aurait bien aimé un bilan de l'application du SDAGE en cours ;
. que le questionnaire à choix multiple est tellement orienté qu'on ne voit pas bien qui pourrait ne pas approuver les propositions ;
. que le choix de la forme « questionnaire à choix multiple » prive les participants du besoin de justifier leurs réponses, ce qui va nous amener dans la situation cocasse où plusieurs personnes cocheront la même réponse mais pour des raisons potentiellement opposées ;

Sur les silences de cette consultation
. que le lien entre les actions incitatives et les actions réglementaires est un enjeu majeur ;
. que le principe pollueur-payeur n'est pas respecté bien qu'inscrit au Code de l'Environnement
. que la gouvernance de l'eau mérite d'être modifiée, notamment par une expérimentation de la décentralisation de la politique de l'eau en Bretagne.

Le nivellement « par le bas » des politiques nationales est insupportable pour les acteurs du territoire, dont les efforts sont régulièrement amoindris par des textes inadaptés aux enjeux de l'eau à l'échelle locale. La motivation, si elle s'épuise, pourrait laisser la place à de lourdes sanctions financières pour l'Etat français. Cessons la superposition, osons la mutualisation des décisions (aménagements, installations, pratiques …) autour des objectifs partagés d'intérêt général : protection des sols, de l'air et de l'eau. Avec à la clé des économies qui pourraient s'avérer surprenantes.


  Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact