Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 44bis/2012
 

La pollution du Guillec sanctionnée par la justice


Des poissons morts jusque dans l'estuaire !

Le tribunal correctionnel de Brest a rendu ce 2 novembre 2012 son jugement dans l'affaire de pollution du GUILLEC, cours d'eau du nord Finistère. En octobre 2010, du metamsodium, un pesticide particulièrement toxique, utilisé dans la désinfection d'une parcelle de mâche, avait été entraîné dans la rivière lors de fortes pluies, détruisant toute vie piscicole sur 13 km de cours d'eau et dans l'estuaire.

Les magistrats ont reconnu la responsabilité de l'exploitation légumière qui avait procédé, alors que la météo annonçait une période pluvieuse, au traitement d'une parcelle en pente située en bordure de cours d'eau et ne disposant d'aucun talus permettant de retenir les écoulements. Ils ont considéré que l'exploitant avait commis des imprudences dans l'usage d'un pesticide particulièrement dangereux, imprudences à l'origine de la pollution. L'EARL Guillerm a été condamnée à 3000 euros d'amende et à la publication du jugement dans la presse régionale.

Pour le Président d'Eau & Rivières de Bretagne Jo HERVE, «il était indispensable que ces faits d'une incontestable gravité soient sanctionnés par la justice. Cette condamnation constitue aussi un sérieux désavoeu pour le procureur de la République de Brest, qui, malgré les graves négligences à l'origine de la pollution, avait décidé de classer l'affaire !»

Les associations (Eau & Rivières de Bretagne et FNE) avaient dû saisir elles-mêmes le tribunal en procédant à une citation directe des responsables de l'exploitation légumière à l'origine de la pollution. Deux associations de pêche, celles de St Pol de Léon et de l'Elorn, étaient également partie civile, de même que Bretagne Vivante et une association locale du bassin du Guillec.

Cette mesure, exceptionnelle était justifiée par l'importance des dégâts environnementaux et la nécessité de ne pas laisser impunis des comportements professionnels totalement inadaptés à l'extrême dangerosité des pesticides utilisés.


Lire le communiqué de presse


revoir les commentaires et analyses à chaud à sortie de l'audience
image ERB et AAPPMA du 5 oct 2012

  Réagissez à cette actu                                                            Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact