Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2012

Actu semaine 37ter/2012


Manif' tintamarre contre le projet de ZAC de Daoulas

150 à 200 personnes ont manifesté dimanche matin dans la rue de la petite cité de caractère au Sud de Brest. Armés de casseroles et de toutes sortes d'instruments bruyants, ils ont répondu à l'appel du Collectif de citoyens "Zone Agricole à Conserver" appuyé par Eau & Rivières et l'Association de Défense de l'Environnement et du Littoral (ADEL).

C'est derrière les tracteurs de quelques paysans locaux agacés de voir 20 ha de bonne terre agricole disparaître, que le cortège a traversé Daoulas. Les syndicats officiellement engagés dans la lutte contre le grignotage des terres agricoles (JA, FDSEA), appelés à rejoindre le mouvement, avaient eux décliné l'invitation. La manifestation du matin s'est prolongée par un pique-nique au bord de la rivière La Mignonne, puis par une visite de l'élevage laitier de Jean-François et Olivier Glinec.

Au départ de la contestation, il y a ce projet porté par la mairie et la Communauté de communes du pays de Landerneau Daoulas, de création d'une ZAC (Zone Aménagement Concertée) qui vise à accueillir les désirs d'expansion du Super U local (qui passerait de 1 à 3 hectares d'emprise), les artisans qui auraient du mal à trouver des espaces pour entreprendre, et de l'habitat pour assurer un renouvellement de la population de ce chef-lieu de canton de 1800 habitants, que le SCOT du pays de Brest a propulsé "pôle d'équilibre". Or une fois de plus, si les ambitions sont louables, leur mise en oeuvre court au plus simple, et surtout au moins cher : l'imperméabilisation, et donc la destruction irrémédiable de terres agricoles.

Les manifestants ont donc réclamé que le Super U reste au bourg où il joue son rôle de locomotive du commerce de proximité à merveille et qu'il réfléchisse à un agrandissement dans la verticalité si s'agrandir est vraiment nécessaire. Idem pour les artisans, le temps ou chaque électricien, chaque menuisier disposait d'un hangar avec des belles pelouses autour est révolu et l'heure est à la concentration des outils de travail et à la verticalité ! Quand au renouvellement des générations, ils ont réclamé que l'on commence par faire l'inventaire des logements vacants ou partiellement inoccupés dans les centres villes avant de faire du pavillon individuel.

Nous sommes ici à un tournant dans l'approche collective de notre développement, et il n'est pas facile pour nos élus de prendre résolument ce virage. La tentation est grande de dire "une dernière fois, après, promis juré, on arrête". Pourtant, l'urgence est là, car à l'échelle du territoire des seules vallées de l'Elorn et de la Mignonne, les ultimes projets se superposent et indisposent : route de Lanrinou à Landerneau (cf. actu 2011), voie du Restic à Brest, centre d'entraînement du Stade brestois à Plougastel et même usine à gaz de Landivisiau, ...


Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact