Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 36quater/2012

A Cherrueix, la bagnole vaut mieux que
le patrimoine mondial de l’UNESCO



A la suite d’un recours effectué par les associations adhérentes à Eau & Rivières, "les Amis du rivage de la Baie du Mont-Saint-Michel" et "Dinard Côte d’Emeraude Environnement", le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a ordonné la suspension de l’autorisation d’occupation du domaine public maritime visant à régulariser un parking, pourtant déjà remplacé par un nouveau parking dans le bourg, et ce grâce au financement de l’Opération "Grand Site" de la Baie du Mont-Saint-Michel. Son extension est aussi prévue dans le plan local d’urbanisme.

Cette demande d’autorisation avait déjà fait l’objet d’un avis défavorable commun par les associations "les Amis du rivage de la Baie du Mont-Saint-Michel", "Agir pour un littoral vivant à préserver" et "Paysages de France".

Le juge des référés a confirmé l’urgence à suspendre l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public maritime régularisant ce parking illégal depuis 3 ans, jugeant les impacts « très forts en matière d’environnement dans un site sensible », dans un espace qui « s’est fortement dégradé du fait du piétinement et de la pression exercée par les véhicules qui y stationnent ». Enfin, pour le juge, il s’agit d’un « habitat remarquable de la Baie du Mont-Saint-Michel », au « rôle fondamental dans le fonctionnement de l’écosystème côtier ». Il a donc ordonné la suspension de la régularisation du 30 mars dernier.

Le 24 octobre dernier, le Maire de Cherrueix a également reçu une contravention de grande voirie, pour l’arasement d’un cordon coquiller de 400 m sur 60 m, alors que le document d’objectif Natura 2000 de la Baie du Mont-Saint-Michel prescrit la protection des cordons littoraux et des laisses de mer.

Les opérations de hersage à l’entrée de la zone de char à voile, quant-à-elles, devront faire l’objet d’une étude d’incidence.

Lire le jugement   

Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact