Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

 
Actu semaine 32bis/2012

Notre Dame des Landes :
l'avis défavorable unanime des associations



Les associations de protection de l'environnement s'opposent
au projet pharaonique d'aéroport international à Notre Dame des Landes. (Crédit : Lucas Maystre)


Eau & Rivières de Bretagne s'est mobilisée, avec plusieurs associations, pour la protection des zones humides de Notre Dame des Landes à l'occasion de l'enquête publique qui se terminait aujourd'hui.

Avec Bretagne Vivante, France Nature Environnement Pays de la Loire, la Ligue de Protection des Oiseaux Loire-Atlantique et S.O.S Loire Vivante, Eau & Rivières a rendu une déposition commune sur les dossiers d'enquête publique "loi sur l'eau" concernant le projet d'Aéroport du Grand Ouest et la réalisation de la desserte routière de cet aéroport.

Le premier reproche fait par les associations porte sur la forme de l'enquête publique, organisée en pleine période estivale, avec des dossiers complexes et denses qui auraient mérité une consultation du public plus longue. Ensuite, la mauvaise prise en compte de l'état des lieux initial du site fausse dès le départ l'étude : position particulière en tête de bassin versant et présence d’espèces protégées sur le site (chiroptères, loutres, mollusques, espèces piscicoles...) ont été insuffisamment référencées et analysées. Ainsi, le projet porte atteinte à un écosystème aquatique cohérent et diversifié, constitué par les zones humides et les cours d'eau. Atteintes qui n'ont pas été correctement identifiées. D'autre part, les mesures compensatoires proposées ne sont ni précises, ni suffisantes, ni adaptées, ni réalistes, rendant leur faisabilité très aléatoire.

Pourtant, le code de l'environnement et le SDAGE Loire-Bretagne de 2009 imposent la préservation des zones humides et des écosystèmes aquatiques en général. De plus, ils demandent d'apporter la preuve qu'il n'y a pas d'alternatives au projet et précisent clairement la règle de compensation applicable à toute destruction de zone humide.

Pour ces raisons, les associations de protection de l’environnement demandent à la commission d'enquête de donner un AVIS DEFAVORABLE au dossier d’enquête publique.

Lire la déposition complète (2,6 Mo)


Le projet d'aéroport toucherait 10 têtes de bassin versant,
sur une surface imperméabilisée de 150 ha ! (Crédit : Julien Durand)



Réagissez à cette actu Page d’accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact