Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2012

Actu semaine 26/2012

Marées vertes : Le cavalier débouté par le Tribunal


Le Tribunal administratif de Rennes vient de rendre son verdict et de rejeter la demande d'indemnisation de Vincent Petit, dans l'affaire du cheval mort sur la plage de Saint-Michel à l'été 2009. Le cavalier avait entamé des poursuites pour tenter de faire reconnaître la responsabilité de l'État dans cet accident. Vétérinaire de profession, il avait en effet démontré très rapidement que son cheval avait succombé suite à l'absorption massive d'émanations d'H2S.
foto
Le jour de l'accident, le cavalier n'avait du son salut qu'à la présence d'une équipe de techniciens municipaux

Le Tribunal n'a pas retenu de lien direct entre la mort du cheval et la présence d'algues vertes en décomposition sur le lieu de l'accident, introduisant un débat sur la présence de vases, dont les émanations sont elles aussi toxiques. Les décisions de l'État et de son représentant local, le Préfet des Côtes d'Armor, sur la question des marées vertes ne peuvent donc pas donner lieu à des réparations.

Pour Gilles Huet, délégué général d'Eau & Rivières, « cette décision est un cas d'espèce, qui démontre le décalage qui existe entre l'état de la science, qui vient encore de réaffirmer ces dernières semaines les mécanismes qui régissent les marées vertes et l'état du droit ». On comprendrait mal en conséquence que tout à coup, les 140 millions d'euros engagés dans les plans d'action et de lutte contre ce fléau soient remis en question. Car il faut bien reconnaître que depuis cet accident, plus personne ne doute du risque que représente la présence d'algues vertes en décomposition, et donc de l'absolue nécessité d'en venir rapidement à bout.

Lire l'intégralité du communiqué de presse

crédits - mentions légales - plan du site - contact