Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 20ter/2012

De vraies intimidations pour de fausses revendications


Des agriculteurs de la FDSEA56 ont voulu discréditer la filière laitière biologique (photo : O. Lysiak)

Quelques agriculteurs, emmenés par le président de la FDSEA du Morbihan, sont venus perturber vigoureusement 2 réunions d'élaboration des Schémas d'Aménagement et de Gestion des Eaux sur le Blavet et sur le Scorff. Eau et Rivières de Bretagne dénonce, aux côtés des agriculteurs biologiques, la méthode et les revendications.

Alors que le bureau de la Commission Locale de l'Eau du Blavet examinait l'objectif de réduction des flux d'azote sur le bassin, un groupe d'agriculteurs a voulu empêcher la tenue de la réunion ! Deux jours plus tard, les mêmes, ou presque, sont venus remettre en cause le travail de longue haleine réalisé cette fois par la CLE du SAGE Scorff…

Dénonçant la présence d'acteurs de la société civile tels que les associations, ils venaient ainsi contester la légitimité de ces instances qui décident pourtant démocratiquement des politiques de l'eau... Faut-il rappeler que les CLE sont les lieux de rencontre privilégiés de tous les acteurs de l'eau, et permettent d'élaborer en concertation des politiques pour la préservation et l'amélioration de la qualité de l'eau et des milieux aquatiques ? Faut-il rappeler que ces instances et leur composition sont régies par une loi sur l'eau datant de 1992 et que la loi sur l'eau de 2006 renforce la portée des SAGE ? Comment pourra-t-on atteindre le bon état des eaux exigé par l'Europe, à travers la Directive cadre sur l'eau, si les acteurs les plus responsables de la qualité de l'eau n'y mettent pas de bonne volonté ?

Lors de cette démonstration de force, les agriculteurs ont également dénoncé l'objectif de 20% d'agriculture biologique sur les bassins, stigmatisant la filière laitière biologique... Cet objectif est pourtant défini au niveau national par le Grenelle de l'environnement, et les représentants de la CLE ne faisaient que le reprendre à leur échelle locale !

Faut-il voir dans l'annulation de la réunion de la commission locale de l'eau du SAGE Blavet, qui devait se tenir ce 16 mai, un premier résultat de ce coup de force ?

La Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques a eu raison, dans son communiqué du 2 mai, de rappeler que l'agriculture biologique participe efficacement à l'amélioration de la qualité de l'eau. De nombreux exemples le prouvent. L'eau est l'affaire de tous, et sa gestion n'appartient ni aux seuls élus, ni aux seuls agriculteurs. Nous sommes tous concernés et impliqués.



Face à ce manque de respect pour une instance démocratique d'échange et de concertation, nous tenons à rappeler les propos du responsable régional des chambres d'agriculture dans notre dernière revue : « il est toujours plus efficace de privilégier le dialogue à l'affrontement »... Propos que ne semblent pas suivre les représentants locaux !

Voir la lettre envoyée aux présidents des CLE concernées.
Voir le communiqué de la FRAB.

Suite !
Décidément, la stratégie des chambres d'agriculture vis à vis de l'environnement n'évolue guère. Derrière un discours qui s'est verdi au fil des ans sous la pression sociétale, une seule démarche : exiger des pouvoirs publics qu'ils ne mobilisent pas la réglementation et qu'ils se contentent de programmes "volontaires"... permettant de financer les actions agricoles. En témoigne la lettre adressée le 9 mai 2012 par la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor au Président de la Commission Locale de l'Eau du Sage de la baie de St-Brieuc, un vrai morceau d'anthologie !
Télécharger la lettre de la chambre d'agriculture

 

crédits - mentions légales - plan du site - contact