Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'information de la semaine 43/2005

SONDAGE SUR L’EAU : LES BRETONS LUCIDES

A la demande du Conseil Régional de Bretagne, l’Institut TMO REGIONS a sondé les opinions des Bretons vis-à-vis de l’eau. 35 questions ont été posées à un échantillon de 1200 habitants, répartis dans les quatre départements et représentatifs de la population régionale.

Principal enseignement de ce sondage, les bretons sont parfaitement lucides sur la situation de l’eau dans leur région :
- ils sont 66 % à considérer que la pollution de l’eau est la principale question d’environnement, et placent en tête des pollutions celle des nitrates et pesticides (56 %) ;
- ils sont 68 % à considérer que les rivières sont assez ou très dégradées, et 51 % à estimer qu’il en est de même pour les eaux souterraines ;
- 51 % de la population ne boit jamais de l’eau du robinet (ce pourcentage était de 48 % dans un précédent sondage de 1998), et 78 % consomme de l’eau en bouteilles au moins une fois par jour ;
- 55 % des bretons ne sont pas d’accord pour que le prix de l’eau du robinet augmente afin d’améliorer sa qualité.

Ce sont aux associations d’environnement que les bretons font le plus confiance en matière d’informations sur la qualité de l’eau du robinet, à 36 % devant l’Etat qui ne dispose que de la confiance de 3 % des personnes interrogées.

S’agissant de la conduite de la politique de l’eau, les bretons estiment que ce sont la région et les communautés de communes qui doivent conduire la lutte contre les pollutions de l’eau (pour respectivement 27 et 26 % ), et ils sont à 68 % favorables à ce que les moyens financiers soient confiés à la région.

Enfin, il convient de noter que les agriculteurs ont sur la plupart des questions posées, une position divergente de celle de la majorité de la population : Ainsi, les agriculteurs sont seulement 16 % à estimer que les problèmes de nitrates et pesticides sont les plus préoccupants contre 56 % de la population ; ils sont 48 % à considérer que la qualité des eaux des rivières s'améliore contre 16 % de la population, et enfin, ils sont 35 % à considérer que les pratiques des particuliers sont la première source de pollution des eaux, alors que les pratiques agricoles arrivent largement en tête (51 %) pour la population.

Voir l'info des autres semaines.

crédits - mentions légales - plan du site - contact