Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2012

Actu semaine 04/2012 bis

La Carrière d'Arzano a du plomb dans l'aile

fotoLe commissaire enquêteur qui suivait le projet d’ouverture de carrière déposé par la société COINTO S.A.S.U., filiale du groupe Pigeon, vient de rendre un avis défavorable sur la demande d'autorisation  d’exploiter un site pour une durée de trente ans, à raison d'une production extraite maximum de 200 000 T/an sur une surface totale de 124 838 m², et d’accueillir et valoriser des matériaux inertes à hauteur de 10 000 T/an.

L’enquête publique a été confiée à Monsieur Jean-Pierre CIESIELSKI en septembre 2011 (voir l'actu "Faire carrière à Arzano"). L’avis défavorable rendu par le commissaire enquêteur le 06 janvier dernier est motivé de façon très explicite par les arguments suivants :
  • La préservation du foncier agricole.
  • La déviation du GR34E n’est pas réglée.
  • Un réel besoin de granulats dans ce secteur géographique n’est pas avéré.
  • Les capacités financières du porteur de projet sont sujettes à caution.
  • L’étude d’impact concernant les conséquences probables du projet sur les eaux superficielles et souterraines est insuffisante. Les incertitudes quant au soutien d’étiage de la rivière Ellé et des captages d’eau potable n’ont pas été levées.
  • La dispersion et les retombées des poussières, les nuisances sonores et les tirs de mines demeurent une inquiétude.
  • L’étude d’impact du trafic routier généré est très insuffisante et recèle beaucoup trop d’incertitudes pour réaliser les aménagements nécessaires au transport des matériaux de l’exploitation.
  • L’impact possible sur les activités touristiques a été complètement occulté.
  • Le contexte archéologique du secteur est particulièrement riche.
  • La compatibilité de ce projet avec la présence du pylône de la ligne de 225 000 volts dans l’emprise du site d’excavation n’est pas prouvée.
La mobilisation d’un public très nombreux en opposition à ce projet (sur les 6172 expressions du public, des élus et des associations, seules 384 sont favorables) a sans aucun doute fortement pesé dans cet avis, preuve qu'à l'occasion de l'enquête publique (souvent confidentielle), il est parfois utile de mobiliser fortement.

Le dossier n'est pas bloqué pour autant car, même si avec un avis du conseil municipal défavorable et un second du commissaire enquêteur, le pigeon à du plomb dans l'aile, c'est en dernier ressort au Préfet que revient la possibilité d'autoriser ou de refuser ce projet.

crédits - mentions légales - plan du site - contact