Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 36/2011                 Réagissez à cette actu

Algues Vertes : URGENCE !

La plage de la baie des Trépassés (Plogoff - 29) fermée au public le 5 septembre pour cause d'algues vertes

 

L’INERIS  (Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques ) a publié les résultats des deux études faites le mois dernier sur la contamination par l’hydrogène sulfuré en baie de St Brieuc. Cet hydrogène sulfuré provenant de la décomposition des algues vertes est fortement suspecté d'être à l'origine  de la mortalité exceptionnelle de sangliers.

 

Les concentrations de ce gaz toxique mesurées par l'INERIS dans l'estuaire du Gouessant et sur les plages de la baie, sont importantes. A tel point que l’INERIS indique  que "l’hypothèse de la survenue d’un accident mortel ne peut être écartée" (enfant jouant dans le sable, chute grave...). S’agissant des sangliers, "l’hypothèse la plus vraisemblable est l’intoxication par l’H2S". Les conclusions des experts confirment les inquiétudes exprimées par les riverains des sites comme par les associations. Elles tranchent avec les propos inadaptés des services de l’Etat. Ces jours derniers encore, la préfecture des Côtes d’Armor se refusait à dire que la seule hypothèse plausible de la mortalité des sangliers était liée à la décomposition des algues vertes.

 

De son côté l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail a publié le 6 septembre un avis relatif à la toxicité de l'hydrogène sulfuré. L'ANSES considère "hautement probable que les sangliers aient pu être exposés à des concentrations d'hydrogène sulfuré contribuant aux lésions et décès, sans pouvoir néanmoins affirmer qu'il s'agit du seul facteur contributif de la mortalité massive".

 

Pour Eau & Rivières de Bretagne, les expertises de l'INERIS et de l'ANSES permettent de clore le débat.

 

L’urgence est à présent de protéger les populations du risque, notamment sur les sites qui ne font pas l’objet de ramassage des algues et d’engager au plus vite des programmes ambitieux de reconquête de l’eau.

 

Il n’est pas normal, deux ans après la visite du Premier Ministre à St Michel en Grève, que le plan d’action prévu pour la baie de St-Brieuc ne soit toujours pas arrêté !

 

Consulter le rapport de l'INERIS

Consulter le rapport de l'ANSES


Toutes les actus
Page d’accueil - Soutenez notre association

crédits - mentions légales - plan du site - contact