Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 32/2011                 Réagissez à cette actu

La mort des sangliers marquera-t-elle
la fin du temps des dénis ?

photo concarneau
La fermeture ??? Sans doute difficile à admettre pour beaucoup -
Plage des Sables Blancs Concarneau - Août 2011

En titrant le 28 juillet son éditorial « algues vertes: l’insupportable déni », le journal Le Monde résumait quarante ans de politique de l’eau en Bretagne.

Déni de la responsabilité de l’Etat dans la concentration et la surpopulation animale dans notre région, déni de la responsabilité de l’agriculture productiviste et de l’élevage hors-sol dans les excès de phosphore et de nitrates, déni de l’agrobusiness dans la responsabilité des nitrates dans le phénomène des marées vertes, déni de la responsabilité des algues vertes en décomposition dans la mort certaine d’animaux et fort probable d’humains.

La dernière quinzaine a été de nouveau l’occasion d’entendre les mêmes discours dogmatiques, d’assister aux mêmes tergiversations tendant à minimiser le problème et ses conséquences.

Depuis 40 ans, Eau & Rivières le répète : « les problèmes environnementaux touchant à la qualité de l’eau deviennent un jour ou l’autre des problèmes de santé publique » ; C’est vrai pour les pesticides, les cyanobactéries, les nitrates source des algues vertes; C’est vrai ou ce sera vrai pour les rejets médicamenteux, les nanomatériaux, la radioactivité…

Depuis 40 ans, Eau & Rivières est un lanceur d’alerte; Depuis 40 ans, Eau & Rivières s’efforce de dire des vérités, fussent-elles déplaisantes aux yeux ou aux oreilles de certains. On peut espérer aujourd’hui que chacun a pris conscience de la gravité des enjeux : en terme d’environnement, en terme de santé publique, en terme d’économie et en terme d’image.

C’est seulement en tenant compte des réalités (entre autres celle du H2S cause principale de la mort des la horde de sangliers et du ragondin sur la plage de Morieux) et en prenant les mesures nécessaires, que l’Etat - condamné pour responsabilité fautive par sa propre justice administrative en 2009 - retrouvera sa crédibilité en Bretagne.

Car comme conclut fort justement l’éditorial du Monde : « Il est possible de nier les lois de la nature: à court terme, c’est à peu de frais. Mais elles finissent toujours par se rappeler à nous. »

Nous exigeons donc simplement que les lois de l’Etat soient en accord avec les lois de la nature.

La reprise par la Ministre de l'environnement (interview du 9/8/2011) de certaines des demandes répétées ces derniers jours par Eau & Rivières de Bretagne (reconnaissance de la responsabilité directe de l'agriculture industrielle et de l’élevage hors sol dans le phénomène des marées vertes, fermeture des plages présentant des risques pour la santé publique, accélération et crédibilisation accrue des projets de territoires Algues vertes, notamment) aurait pu marquer le premier pas vers la fin de ce déni si…

…Si la ministre ne semblait à la fin de son interview conforter le projet de décret modifiant les règles d’application de la directive nitrates - réglementation inefficace qui s’efforce, une fois encore, de contourner les lois de la protection de la nature - alors que chacun aura compris que la Bretagne attend un renforcement (et non un allègement) de la réglementation qui marque la sortie de quarante ans de dénis continuels.

lire le communiqué d'Eau & Rivières "Revenir au langage de vérité"

Voir toutes les actualités liées aux marées vertes
Voir la chronologie des marées vertes
Lire le dernier dossier du magazine 155 avril 2011
 "Du vert dans nos prairies pas sur nos plages"


Actus 2011

crédits - mentions légales - plan du site - contact