Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 30bis/2011                 Réagissez à cette actu

Les algues ont-elles tué les sangliers ?


28 cadavres de sangliers repêchés dans le Gouessant

La mortalité de sangliers, apparue le 7 juillet dans l'estuaire du Gouessant en fond de la baie de Saint-Brieuc, s'est encore aggravée ce 26 juillet. 18 cadavres ont été retirés des eaux du Gouessant, à quelques centaines de mètres à l'aval de la retenue de Pont-Rolland.
Au total depuis le 7 juillet, 28 cadavres de sangliers ont été découverts.

L'origine de cette mortalité, la seule observée en France sur tout le littoral de Dunkerque à Saint-Jean de Luz, demeure inconnue.

Eau & Rivières de Bretagne avait demandé le 25 juillet au matin au Préfet des Côtes d'Armor de procéder à des analyses toxicologiques complémentaires ; les seules autopsies pratiquées ne permettant pas de statuer sur l'hypothèse d'une intoxication des sangliers par de l'hydrogène sulfuré provenant de la décomposition des algues vertes. La baie de Saint-Brieuc est en effet le 1er site français d'échouages d'ulves ; on y récolte entre 30 et 50 000 tonnes d'algues vertes chaque année.


Les eaux de la retenue de Pont-Rolland, sur le Gouessant, sont saturées d'algues microscopiques.

À cette hypothèse s'en ajoute une autre, celle d'une intoxication liée à l'ingestion de cyanobactéries. À l'amont immédiat de la zone de découverte des cadavres, la retenue de Pont Rolland qui traverse le Gouessant est asphyxiée par la prolifération de ces algues microscopiques. Certaines d'entre elles (voir les précisions sur le site de l'ARS Bretagne) produisent des toxines dangereuses. L'eutrophisation des eaux (eaux trop enrichies en nutriments) offre les conditions favorables à leur développement (voir le dossier d'Eau & Rivières sur les cyanobactéries). Il est possible que les sangliers se soient abreuvés de l'eau du Gouessant, contaminée par des cyanobactéries.

Eau & Rivières de Bretagne a également demandé au Préfet des Côtes d'Armor de faire procéder à des analyses de l'eau de la retenue de Pont Rolland afin de détecter la présence de ces microalgues et ainsi d'identifier l'existence de toxines dans l'eau. Si l'une de ces hypothèses était confirmée, dans les deux cas, c'est bien la pollution des eaux qui serait à l'origine de la mortalité des sangliers.

Actus 2011

crédits - mentions légales - plan du site - contact