Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 19/2011                 Réagissez à cette actu

Une précoce sécheresse
qui devrait inviter à la réflexion




Ce XXI° siècle nous rappelle, si besoin était, que, malgré la technologie qui s’est emparée de nos vies et de notre quotidien ,l’homme ne peut s’affranchir de la nature, et que la nature est bien plus efficace pour prévenir et réparer les catastrophe naturelles que la technologie, comme vient de le mettre en évidence un récent rapport de l’ONU.

Et il est un fait incontestable et qui fait ces temps-ci l’actualité : l’homme technologique ne sait toujours pas faire pleuvoir à volonté.

Alors, comme à chaque période de sécheresse, on entend les mêmes refrains de la part des tenants de l’agriculture productiviste : Que n’a-t-on multiplié davantage les retenues collinaires et les barrages ? » Car si cette agriculture productiviste s’est développée grâce à la chimie et à un pétrole peu cher, elle ne s'est pas pour autant affranchie des phénomènes naturels.

De leur côté, les éleveurs hors sols pratiquent des forages de plus en plus profonds (plus de 100 mètres). Et cet été, les cochons boiront une eau plus pure (et moins onéreuse) que les bretons et les touristes.

Ce serait pourtant l’occasion de réfléchir et d’investir dans un nouveau « modèle breton », plutôt que de prôner des mesures curatives tendant à pallier le manque d’eau – surtout qu’à une échéance assez proche, le devenir agricole de la Bretagne sera inéluctablement bouleversé du fait du réchauffement climatique annoncé.

Quand mettrons-nous en œuvre les solutions les plus efficaces ? Celles qui tiennent compte des cycles naturels et des bienfaits de la nature : préservations des zones humides, reconquête des fonctions écologiques des marais, abandon des drainages, choix de cultures approprié au climat et au sol…

S’il est à la portée de n’importe quel politique de penser à demander l’aide financière de l’Europe ou de préparer un impôt sécheresse, il faudrait un certain courage (celui que réclame depuis des décennies nombre de citoyens) pour mettre en place une vraie politique de la bonne utilisation et de la préservation de l’eau.

Mais à tout prendre n’est-ce pas l’un des objectifs de la Directive Cadre sur l’Eau, n’est-ce pas dans l’esprit du Grenelle de l’Environnement ? Quant à passer de la parole aux actes …



évolution des prélèvements d'eau pour l'irrigation en Bretagne
Toutes les actus
Page d’accueil
Soutenez-nous
Rejoignez-nous

crédits - mentions légales - plan du site - contact