Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 18/2011                 Réagissez à cette actu

Oui à l'ortie!



Le 20 avril 2011, suite à la publication du rapport "Le biocontrôle pour la protection des cultures, 15 recommandations pour soutenir les technologies vertes" du député Herth, le Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du Territoire présentait les 12 mesures composant la feuille de route biocontrôle. Ces 12 mesures seront mises en oeuvre au cours des deux prochaines années. Parmi elles, apparait la mesure 9 : "Accélérer la mise sur le marché de nouvelles techniques : Publier dans les prochains jours la première liste des substances autorisées pour les préparations naturelles peu préoccupantes et l’arrêté d’autorisation du purin d’ortie".

Pour y voir plus clair, retour sur quelques éléments de la guerre de l'ortie.

En janvier 2006, la Loi d'Orientation Agricole faisait un amalgame réglementaire entre tous les produits  phytopharmaceutiques (y compris naturels). La vente, le don (à titre onéreux ou gratuit), la détention et même la diffusion de la recette de préparations naturelles comme les purins, macérations ou décoctions de plantes se trouvaient punis par la loi. Suite au tollé de cette mesure, un amendement est voté par les députés dans le cadre de la loi sur l'eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006. Celui-ci instaure un cadre réglementaire différent pour les Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP). Mais dans les faits, la mise sur le marché de ces PNPP n'était pas franchement simplifiée.

L'arrêté d'autorisation du purin d'ortie du 18 avril 2011 est enfin paru au journal officiel le 28 avril 2011. Il autorise la mise sur le marché des purins d'ortie comme "substance de base à usage phytopharmaceutique" et leur accorde la mention "emploi autorisé dans les jardins" (EAJ).

Cet arrêté rappelle également la recette du purin d'ortie :

"Fabrication et ingrédients :
1. Faire macérer les feuilles d'orties (choisir des pousses jeunes et non montées en graines) dans de l'eau (eau de pluie ou de source de préférence) à raison de 1 kg pour 10 litres d'eau, sans aucun autre ajout. La fermentation peut être facilitée si l'ortie est préalablement hachée.
2. Brasser le mélange tous les jours.
3. Laisser macérer 3 à 4 jours à 18° C pour obtenir un effet insecticide et fongicide.
4. Filtrer la macération et diluer le filtrat dans environ 5 fois son volume d'eau (eau de pluie ou de source de préférence) dans un récipient fermé et identifié.
S'assurer que le pH du purin obtenu sera de l'ordre de 6 à 6,5, gage d'une fabrication et d'une conservation dans de bonnes conditions."

Alors la guerre de l'ortie est-elle terminée? Pas si sûr.

Le purin d'ortie reste lié à une réglementation concernant les pesticides; or, l'utilisation de ces plantes relève du savoir populaire, collectif, du domaine public ; est-il indispensable de normaliser ces pratiques? Cet arrêté ne concerne que le purin d'ortie; qu'en sera-t-il pour les autres préparations et les autres plantes?

Affaire à suivre...

Lire le communiqué de presse "feuille de route biocontrôle" (pdf - 82.44 Ko)
Lire le rapport "Le biocontrôle pour la protection des cultures, 15 recommandations pour soutenir les technologies vertes" (pdf - 5.9 Mo)
Lire l'arrêté du 18 avril 2011 autorisant la mise sur le marché du purin d'ortie en tant que préparation naturelle peu préoccupante à usage phytopharmaceutique" (pdf - 102 Ko)


Toutes les actus
Page d’accueil
Soutenez-nous
Rejoignez-nous

crédits - mentions légales - plan du site - contact