Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

Actu semaine 15/2011            
Réagissez à cette actu


Marées vertes : l'heure de vérité
Les agriculteurs claquent la porte

Mardi 12 avril à Rennes, le comité de suivi du plan régional algues vertes a donné sa bénédiction au projet de plan d'action pour la baie de Lannion. Ce projet prévoit, pour réduire les fuites d'azote à l'origine des marées vertes, de développer une agriculture herbagère.

L'avis donné par le Comité scientifique algues vertes en février dernier (voir actu 8/2011) a permis de confirmer l'objectif de couverture de 60 % de la Surface agricole utile (SAU) par des prairies. Il renforce l'objectif global d'effort de réduction du nombre de bête à l'hectare de l'ordre de 30 %, pour tendre vers un chargement de 1,4 UGB/ha (Unité de Gros Bétail) à horizon 2015. Ce plan,qui concerne environ 200 agriculteurs, a reçu localement si l'on en croit le président de l'agglomération de Lannion « un accord pour une véritable mutation des systèmes agricoles » sur la base d'un financement de l'ordre de 20 million d'€. Seule ombre au tableau, mais de taille, les financeurs n'en accorderaient que la moitié !

Le comité scientifique avait par contre rendu un avis plus critique sur le projet déposé par la baie de Saint-Brieuc. Comme sur le projet précédent, le comité de suivi présentait donc quelques propositions d'amélioration indispensables à un objectif de résultat. Les représentants de l'agriculture conventionnelle (dont une forte délégation finistérienne), avant de quitter la séance de travail, ont lu un texte en 6 points: "1/L'avis du comité scientifique est vécu comme une provocation. 2/ Le cadrage des actions par un arrêté « ZSCE » est irréel et témoigne d'une inflation administrative. 3/ Le système d'accompagnement individualisé serait un nouveau bigbrother agricole 4/ On rajoute des indicateurs de contrôle sans que les référentiels soient stabilisés. 5/ La gouvernance régionale est inadaptée. 6/ le redimensionnement du cadre financier à la baisse, sans chercher à faire bouger les niveaux de financement autorisés par l'Europe n'est pas acceptable."

Il ne serait pourtant pas sérieux de ne pas renforcer l'efficacité d'un plan qui va coûter 35,72 millions d'euros aux contribuables (pour Saint-Brieuc), en ne tenant pas compte des observations du comité scientifique...

Comme il ne serait pas prudent de tout miser sur le volontariat et de ne pas prévoir un garde-fou réglementaire, quand on voit l'énergie que déploient certains pour ne pas avancer.

L'heure de vérité approche.


Toute la saga marées vertes

crédits - mentions légales - plan du site - contact