Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 42/2010                 Réagissez à cette actu

Touldour, quand les cygnes meurent,
le phosphore menace



Fin août, déjà, des victimes!

Depuis la fin du mois d'août sévit une très forte mortalité de cygnes (16) sur la retenue du Moulin-neuf (localement appelée Touldour) à Plonéour-Lanvern. Cette retenue de 1.5 millions de m3 d'eau, créée en 1977 sur la rivière de Pont-l'Abbé, est principalement utilisée pour l'alimentation en eau potable du Pays Bigouden et même au delà (Bénodet notamment), soit plus de 35000 usagers.

Or, cette réserve est aussi dans le collimateur du SDAGE approuvé en décembre 2009, puisqu'elle fait partie des 14 plans d'eau du territoire Loire-Bretagne listés comme sensibles à l'eutrophisation. Elle s'est en effet illustrée dès 2003 par un bloom de cyanobactéries qui a conduit à l'arrêt de la distribution de l'eau potable, et ce pendant près de 10 jours, mettant le Pays Bigouden à la une de l'actualité nationale.

A vos actes manqués
Depuis lors, plusieurs rendez-vous manqués ont accompagné ce bassin-versant. En 2008, quand la prise d'eau s'est enfin dotée d'un périmètre de protection qui, malheureusement, ignora la problématique des pollutions diffuses d'origine agricole (Voir déposition Eau & Rivières). En 2009, quand la collectivité (et la SAUR) inaugura (en grande pompe) le nouveau système d'ultrafiltration, mettant à l'abri des toxines les consommateurs d'eau, un peu moins leurs portes-monnaies !

Ce choix de la technologie c'est alors accompagné d'une stratégie industrielle de développement des ventes d'eau aux voisins de Bénodet (fort dépourvus d'eau, moins de touristes !). Bilan, un plan d'eau quasi à sec au moins de septembre, mais toujours aussi riche en phosphore (le moteur de l'eutrophisation en eau douce). Il n'en fallait pas plus pour qu'apparaissent les fameuses cyanobactéries et leurs cortèges de toxines souvent mortelles.

Il suffira d'un cygne
Aujourd'hui, ce sont les cygnes qui payent de leur vie cette fuite en avant vers le curatif, au mépris du traitement des véritables causes. C'est un vidéaste, épris d'environnement, qui s'en est ému le premier sur la TV locale (voir la video sur TV Bigouden). Car localement, à l'abri de l'ultrafiltration, la mort des cygnes ne semble pas alarmer les gestionnaires du plan d'eau, qui ont attendu la diffusion de la vidéo pour commencer à ramasser les cadavres (parfois vieux de plus d'un mois !). Pour Eau & Rivières c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, c'est une fois de plus la preuve qu'en matière de lutte contre l'enrichissement des eaux douces par le phosphore, l'heure n'est plus aux palabres et tergiversations (voir actu semaine 40). Elle a donc décidé de déposer une plainte contre X, auprès du procureur pour qu'une enquête soit conduite et établir ainsi les véritables chaînes de responsabilité. Elle a aussi décidé de s'exprimer dans la presse par la voix de son Président Jo Hervé (également titulaire à la CLE du SAGE local) et de Jean Paul Guyomac'h, administrateur de l'association (biologiste et membre du CESR) pour que ces cygnes cessent de mourir dans l'indifférence.

Lire le communiqué de presse de l'association
Visitez le site de l'auteur de la vidéo

Actus 2010
Toutes les actus
Page d’accueil - Soutenez notre association

Lire la réaction de l'AAPPMA du Pays Bigouden
En 2003, l'AAPPMA du Pays Bigouden a dénoncé cette mortalité de cygnes et l'eutrophisation générale du Toul Dour à l'estuaire: celà a fâché les élus de l'époque: la CCPPBS a pris des sanctions en supprimant une collaboration de 15 années sur l'entretien des cours d'eau, sous le seul prétexte que celà n'était pas de sa compétence; elle a réagi en réalisant une usine de traitement ultra performante sur le dos des abonnés; conséquence: nous sommes aujourd'hui dans une politique de vendre le maximum de M3 pour amortir cette usine au seul profit de l'exploitant.
Le contraire d'une politique d'économie !!!!!!
Le plan d'eau tel qu'il a été réalisé, en aval d'un bassin versant agricole, sur le lit même de la rivière, peu profond, totalement envasé, et ne pouvait évoluer d'une autre manière.
Celà est d'ailleurs reconnu officiellement puisque dans le SDAGE Loire Bretagne, il n'est pas prévu un retour au bon état écologique (la cause principale en étant les cyanobactéries).
Il parait que dort dans les tiroirs de la CCPBS un projet de nouveau plan d'eau sur le Corroac'h !!! Ne serait-il pas cohérent de tirer les leçons du passé !!!!!
N'est-il pas temps de revenir à un peu plus de cohérence en réalisant des états généraux de la ressource en eau sur le Pays Bigouden ?
C. Loussouarn
Président de l'AAPPMA du Pays Bigouden

crédits - mentions légales - plan du site - contact