Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 39/2010                 Réagissez à cette actu

Phosphore :
le préfet de bassin veut que le SDAGE soit appliqué

Le Préfet coordonnateur du bassin Loire Bretagne entend bien que le SDAGE, approuvé le 19 novembre 2009, soit appliqué par les services de l'Etat.


Les excès de phosphore provoquent la prolifération de cyanobactéries toxiques dans les plans d'eau
(ici le barrage sur le Canut en Ille-et-Vilaine)


C'est le sens de la lettre qu'il vient d'adresser à tous les préfets de région et de départements du bassin, le 6 septembre dernier, à propos de la lutte contre l'eutrophisation des eaux.

Le préfet y rappelle tout d'abord, que le SDAGE Loire-Bretagne comprend différentes mesures permettant de lutter contre cette forme de pollution qui concerne la quasi-totalité des barrages et plans d'eau de Bretagne : la restauration de la dynamique des rivières, la réduction des rejets ponctuels de phosphore industriels et urbains, et enfin, la réduction des rejets diffus d'origine agricole.

En mai dernier, Eau & Rivières de Bretagne avait d'ailleurs écrit au préfet de région pour qu'il veille à ce que les services départementaux de l'Etat engagent les démarches nécessaires auprès des collectivités concernées par la mise en œuvre du plafonnement des concentrations en phosphore dans les rejets de stations d'épuration. S'agissant de la réduction des apports de phosphore d'origine agricole (voir ce que dit le SDAGE), le Préfet souligne que le SDAGE instaure un "processus gradué de retour à l'équilibre" qui a fait l'objet de longs débats au sein du comité de bassin. Il rappelle que la "rédaction retenue constitue un point d'équilibre fragile entre les positions de la profession agricole et celles des associations de protection de la nature, et qu'il convient de ne pas la remettre en cause".

Voilà qui est clair au moment où certaines organisations agricoles bretonnes souhaitent que le SDAGE soit mis entre parenthèses sur ce point.

Pour Eau & Rivières de Bretagne, qui a alerté les pouvoirs publics depuis le début des années 2000 sur la nécessité de réduire toutes les sources de rejets en phosphore vers les cours d'eau, les mesures d'équilibre de la fertilisation par rapport aux capacités exportatrices des cultures constituent des mesures de simple bon sens agronomique que personne ne devrait ignorer.

Télécharger la lettre du préfet coordonnateur de bassin et la note de la DIREN
Télécharger la lettre d'Eau & Rivières de Bretagne au préfet de région

crédits - mentions légales - plan du site - contact