Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualité

Actu semaine 34/2010                 Réagissez à cette actu

L'impasse à saumons de Guerlesquin
Cela fait trente ans que ça dure !


A l'amont du bassin du Léguer, le barrage de Trogoredec a été aménagé sur le GUIC à la fin des années 70 pour alimenter en eau l'abattoir de volailles, aujourd'hui exploité par la société Tilly Sabco. Et comme cette magnifique vallée du Léguer et son affluent le GUIC abritent plusieurs espèces de poissons migrateurs (saumons, truites, anguilles, lamproies marines ...), l'arrêté préfectoral du 14 mai 1982 qui règlemente le barrage, fixe une obligation : le débit que le barrage doit laisser couler à l'aval, par la passe à poissons, ne peut être inférieur à 85 litres par seconde.

photo guic
Une passe à poisson... non alimentée en eau!

Mieux qu'un long discours, les photos prises le 20 août 2010 sur place illustrent tout à la fois, le mépris des textes réglementaires par la commune, et l'incapacité du préfet du Finistère à faire respecter la loi.


Une passe à poissons à sec, un débit réservé de l'ordre d'une dizaine de litres à l'aval de l'ouvrage, une rivière à saumons et truites transformée en cloaque nauséabond, voilà comment se trouve le GUIC chaque été depuis 1982.


Alerté par notre association en 2007, le préfet du Finistère a bien pris, le 22 novembre 2007, un arrêté de mise en demeure enjoignant à la commune d'effectuer les travaux de réparation des ouvrages de vidange "afin de respecter le débit réservé en aval de l'ouvrage". Lequel préfet nous assurait dans un courrier du 19 octobre 2007: "je serai très attentif au bon aboutissement de cette procédure".

L'attention est manifestement bien vite retombée !

Eau & Rivières a  donc saisi une nouvelle fois le préfet du Finistère pour que des sanctions soient arrêtées sans délai, et que ce trouble environnemental disparaisse enfin.  Ce sera la dernière action amiable, car faute de réaction préfectorale suffisante, un recours en responsabilité contre l'Etat du fait de son laxisme et de sa carence chronique dans l'exercice de ses missions de police, sera engagé.

Retrouvez les courriers échangés dans ce dossier :

crédits - mentions légales - plan du site - contact