Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 50/2009                    Réagissez à cette info


Soutien au débarrage de la Sélune : rassemblement samedi 12 décembre


Vezins : la biodiversité amputée


La Roche qui boit : aucun barrage n’assure la circulation des sédiments

Eau & Rivières de Bretagne appelle les citoyens à soutenir les décisions du rétablissement du cours naturel de la Sélune, aux côtés de la Commission Locale de l’Eau, de l’Union Régionale des Fédérations de Pêche et de la Protection du Milieux Aquatique, de North Atlantic Salmon Fund, et de France Nature Environnement. Rendez-vous:

samedi 12 décembre 2009
de 9h00 à 11h30
à la base de loisirs de la Mazure
(plan d’accès)

Les pro-barrages continuent de s’offusquer du projet. Notamment après que la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Chantal JOUANNO, ait annoncé  la décision de l'Etat le 13 novembre dernier, à l’occasion de la signature du premier contrat d’objectifs entre l’Etat et l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, et le lancement du plan national d’action pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau en France

Pourtant, les décisions d’effacer les 2 barrages amputant la Sélune (Vezins et La roche qui boit) furent prises les 14 novembre 2005 et 27 novembre 2007, à l’issue d’une longue concertation locale entre les représentants des élus et les représentants des usagers du bassin, en présence des représentants de l'Etat Elles s’appuient sur différentes études et scénarios potentiels liés aux enjeux de reconquête de la qualité de l’eau et de l’environnement, qui ont permis de dégager un consensus favorable au rétablissement du cours naturel de ce fleuve côtier qui se jette en Baie du Mont-Saint-Michel, dont la notoriété n’est pas due qu’aux aspects culturels de ce patrimoine, mais aussi naturels, offerts par cette vaste étendue nourrie des rivières qui s’y jettent.

Le Grenelle de l’environnement a confirmé ces 2 projets lors des tables rondes auxquelles ont participé tous les acteurs, y compris politiques et syndicaux. Ce rétablissement est la première action « biodiversité » du Grenelle de l’environnement.

Toutes ces décisions ne font que rendre la situation d'infraction réitérée générée par ces deux barrages infranchissables enfin compatible avec les Schémas Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Seine-Normandie de 1996 et 2009, la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques de 2006, et la Directive européenne Cadre Eau de 2000.

Actus 2009
Toutes les actus
Page d'accueil

crédits - mentions légales - plan du site - contact