Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités

L'info de la semaine 51/2008

 Réagissez à cette info


Nouvelle autorisation d'épandage
dans une baie débordant d'algues vertes?


La société STALAVEN, implantée sur la zone d’activités du Moulin Blanc à YFFINIAC (22), vient de présenter à l’enquête publique un projet d’épandage des boues issues du traitement de ses rejets liquides. Jusqu'à présent, ces boues étaient traitées par incinération.


Plage recouverte d'ulves, Hillion(22)
La demande de cette société porte sur un épandage annuel de 2000 m3 de boues pour une quantité d’azote de 3,7 tonnes et de 1 tonne de phosphore. Il est proposé que cet épandage soit réalisé sur 3 communes costarmoricaines voisines: Hillion, Morieux et Planguenoual, toutes classées en zones d’excédent structurel et situées en fond de baie de Saint-Brieuc.

Cette baie est bien connue pour être régulièrement affectée par les marées vertes causées par les flux d’azote rejetés par les cours d’eau qui s’y jettent. Pour l’année 2008, environ 15 000 tonnes d’algues vertes ont été collectées sur les seules plages de la commune d’Hillion, engendrant des coûts considérables pour les collectivités (ramassage, transport, traitement des algues). Le diagnostic, élaboré dans le cadre du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie de Saint-Brieuc et approuvé par la Commission Locale de l’eau (CLE), identifie les impacts économiques, environnementaux, sanitaires, et les atteintes à la notoriété et à l’image de marque, causés par ces échouages nauséabonds chroniques.

Afin de lutter contre les algues vertes, le projet de Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE, voir disposition 10 A 1 du projet de SDAGE) approuvé par le comité de bassin Loire Bretagne, et actuellement en phase de consultation finale, prévoit de réduire d’au moins un tiers les flux d’azote à l’amont des baies envahies d’algues vertes. Il convient donc de mettre en œuvre progressivement les mesures permettant de réduire à terme les quantités d’azote de toutes origines actuellement épandues sur les bassins versants de la baie de Saint-Brieuc.

Eau & Rivières de Bretagne était déjà intervenue en ce sens lors du projet d’extension de l’usine de compostage du SMICTOM des Châtelets (Ploufragan - 22), projet conduisant à l’épandage de compost sur le bassin versant de l’Ic (dont la prise d'eau a été fermée suite au contentieux européen sur les nitrates).

Il n'est pas envisageable, alors même que les épandages actuels d’azote doivent être réduits sur les bassins versants de la baie de Saint-Brieuc, que la préfecture puisse autoriser la SAS STALAVEN à procéder à l’épandage de ses boues de traitement sur ces territoires si dégradés. Cette décision serait totalement incompatible avec la réduction des flux d'azote sur ces territoires, réduction indispensable pour lutter contre les algues vertes qui envahissent régulièrement les différentes plages de la baie. Ce serait à l’évidence un mauvais coup porté à la politique de lutte contre les marées vertes, et un signal très négatif adressé à toutes les activités économiques à l’origine d’épandages d’azote sur les bassins versants de la baie de Saint-Brieuc.

La décision est maintenant entre les mains de la Préfecture des Côtes-d'Armor.


crédits - mentions légales - plan du site - contact