Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Arrachage d’une haie à Iffendic :
les restaurations paysagères ont la vie courte !

Les arbres arrachés sur le site
une partie de la haie abattue est à terre!

Samedi 30 août 2008. Un jeune agriculteur d’Iffendic arrache au tractopelle 900 mètres de haie plantée en 1996 et renforcée en 2000 par son prédécesseur, qui vient de partir à la retraite. Suite à l’intervention de ce dernier, bientôt rejoint par de nombreux habitants du voisinage stupéfaits, il interrompt son opération destructive, qu’il tente de justifier par sa volonté d’augmenter sa surface productive… sans s’être interrogé sur l’utilité agricole, environnementale et sociale de cette haie, située sur un plateau ouvert aux quatre vents.

Avec cette inqualifiable destruction, se trouve réduite à néant la très insuffisante restauration du paysage menée après le désastreux remembrement de la commune d’Iffendic, aux débuts des années 1990, que le tribunal administratif de Rennes n’avait pas hésité à suspendre lors de sa réalisation, à la requête d’Eau & Rivières de Bretagne.

Avec cette monstrueuse destruction, se trouve mise en évidence l’insuffisance de formation des écoles d’agriculture, qui n’ont sans doute pas suffisamment intégré la valeur agricole, environnementale et sociale des talus et des haies.

Avec cette regrettable destruction, se trouve relativisée la médiatisation liée à Breizh Bocage, qui engloutit chaque année des sommes importantes pour planter quelques kilomètres de haies ici, alors qu’on continue à en détruire autant ou plus là-bas.

Avec cette inacceptable destruction, se trouve dilapidé, une fois de plus, l’argent public investi par le Conseil général dans le cadre des aménagements fonciers. C’est pourquoi Eau & Rivières a saisi son président, M. Tourenne, d’une série de propositions pour assurer la pérennité des investissements publics environnementaux, et ainsi laisser quelques chances de durabilité aux anciennes comme aux nouvelles haies bretonnes.

Avec cette malencontreuse destruction, peu de chance de voir s’améliorer la qualité des eaux sur le bassin versant du Meu et de la Vilaine, notoirement affectée par une pollution diffuse d’origine agricole bien difficile à juguler.

Voir le courrier d’Eau & Rivières au Conseil Général d’Ille-et-Vilaine
Voir le guide technique d’Eau & Rivières « Protection, entretien et valorisation du bocage »
Voir les actes du colloque sur le bocage
Voir les actus de l'année 2008

crédits - mentions légales - plan du site - contact