Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités


La filière porcine française et le développement durable

Mercredi 21 mai, une délégation d’Eau & Rivières de Bretagne conduite par son président C. Rigaud, a été reçue au secrétariat d’Etat à l’Ecologie. Cette rencontre s’est tenue en présence de la directrice et des membres du cabinet de Nathalie Kosciusko Morizet, des services du Ministère du développement durable, ainsi que des représentants du Ministère de l’agriculture, et de France Nature Environnement. Elle avait pour objectif de présenter à l’association le rapport « Filière porcine et développement durable » réalisé à la demande des deux ministères par une mission de l’Inspection générale de l’environnement et du conseil général de l’agriculture pilotée par Mrs Quevremont et Lessirard.

Dans ce rapport, les deux inspecteurs ont procédé à un état des lieux complet de la filière porcine avant d’analyser la dynamique environnementale de ces dix dernières années, en distinguant les zones de productions denses (Bretagne) du reste de la France. Ils procèdent à deux séries de recommandations, adressées d’une part à la filière, d’autre part aux pouvoirs publics.

La diffusion de ce rapport s’inscrit dans le cadre des discussions en cours du Grenelle de l’environnement, ainsi que de la préparation des quatrièmes programmes d’action à mettre en œuvre dans les zones vulnérables à la pollution des eaux par les nitrates.

Eau & Rivières de Bretagne partage l’essentiel des constats opérés par la mission d’inspection :
-    efficacité insuffisante de la lutte contre les nitrates (normes inadaptées, contrôles formels, absence d’outils opérationnels pour la réduction de l’azote minéral, « oubli » partiel des retombées ammoniacales) ;
-    nécessité de passer d’un raisonnement (administratif) par cantons au raisonnement (hydrographique) par bassin versant ;
-    complexité des dispositifs de la politique de l’eau ;
-    inapplication du principe pollueur-payeur ;
-    positionnement défensif de la filière au regard des questions d’environnement, qui la conduit à multiplier les interventions pour retarder l’application de la réglementation.

L’association regrette vivement que la réflexion de la mission se soit cantonnée au modèle intensif sur lisier de l’élevage porcin, et n’ait pas porté sur la situation et l’avenir des productions biologiques et sur paille, dont le Grenelle recommande pourtant le développement.

S’agissant des recommandations aux pouvoirs publics, Eau & Rivières ne peut que souscrire aux principes d’action affirmés par les inspecteurs : se situer résolument dans le cadre communautaire, et redéployer la production en dehors des zones denses. Elle approuve leur demande d’une action déterminée pour traiter dès maintenant le phosphore en conformité avec les objectifs de la directive cadre sur l’eau, et mettre en place des outils de réduction de la fertilisation minérale.  L’association se félicite également que les rapporteurs confirment la nécessité de maintenir le seuil actuel d’autorisation des élevages porcins dans les zones denses.

S’agissant de l’avenir des zones d’excédent structurel, Eau & Rivières de Bretagne a demandé au Ministère du développement durable :
-    que les prochaines mesures soient engagées à l’échelle de toute la Bretagne et non dans les seuls cantons en zones d’excédent structurel pour des raisons d’efficacité et de lisibilité ;
-    qu’elles corrigent les carences dénoncées par les rapporteurs ;
-    qu’elles permettent la diminution progressive de la densité animale dans ces zones et le développement des modes de production durables.

Télécharger le rapport (pdf - 741 ko)

Voir les actus de l'année 2008
Voir toutes les actus

crédits - mentions légales - plan du site - contact