Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 35/2007

Réagissez à cette info

La protection du Guic entre les mains du préfet du Finistère

La qualité des eaux du Guic, principal affluent du Léguer, est entre les mains du Préfet du Finistère. En effet, celui-ci doit se prononcer sur la demande d’autorisation d’exploiter la station d’épuration de l’abattoir Tilly Sabco à Guerlesquin.

Les rejets de cette station, d’une capacité de 35000 équivalents habitants, se déversent dans le Guic à l’aval de la retenue de Trogoredec, dont le débit réservé n’a jamais été respecté depuis plus d’une trentaine d’années. Jusqu’en 2005, ces rejets ont gravement perturbé la qualité des eaux du Guic, également victime de plusieurs pollutions « accidentelles » en provenance de l’abattoir. La plus récente en juin 2004 avait provoqué la destruction totale du cours d’eau sur 12 km.


Derrière le plan d’eau de Guerlesquin, l’abattoir Tilly Sabco

Le dossier présenté à l’enquête publique en février 2007 comportait de très graves insuffisances : aucun dispositif prévu pour éviter le renouvellement des pollutions accidentelles, sous-estimation de l’impact des rejets, absence de prise en compte du classement du Léguer en « Natura 2000 », épandages des boues d’épuration mal appréciés…  Les associations (Eau & Rivières de Bretagne, Bevan E Menez Arrée, association pour la mise en valeur du Léguer, associations de pêche), mais aussi les collectivités (comité de bassin versant du Léguer, Parc d’Armorique), avaient fait part de leurs critiques et de leurs propositions pour une meilleure prise en compte de la préservation de la qualité des eaux du Guic et des Monts d’Arrée.

Le 23 août, le Conseil Départemental de l’Environnement, des Risques Sanitaires et Technologiques a examiné le projet d’arrêté préfectoral proposé par la Direction des Services Vétérinaires du Finistère. Alors même que les rejets actuels ne sont pas compatibles avec le « bon état écologique » du Guic, le projet d’arrêté prévoit d’autoriser des flux polluants supérieurs ; pour la prévention des pollutions accidentelles, il redemande (c’est la troisième fois depuis 2005) à l’industriel de faire une … étude. Quant au respect du bon état écologique du Guic, la SA Tilly Sabco devra transmettre annuellement à l’administration « l’avancée de ses réflexions » !!!

Voilà qui devrait améliorer la situation !

Eau & Rivières de Bretagne, dont le conseil d’administration qui se réunit le 8 septembre sera saisi de ce dossier, a réécrit au préfet du Finistère son opposition au projet d’arrêté proposé par l’inspection des installations classées. Une intervention de la dernière chance pour éviter de devoir une fois encore saisir le juge administratif pour faire simplement respecter les principes de base du droit de l’environnement... que les préfets bretons ont malheureusement pris l'habitude de perdre de vue.

 Forum : Réagissez à cette info

 Voir toutes les actualités 2007

crédits - mentions légales - plan du site - contact