Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 34/2007

Réagissez à cette info

Inventaire des zones humides en Finistère
La Chambre d’agriculture aux manettes

Cela fait maintenant plusieurs années qu' Eau & Rivières milite pour la sauvegarde des zones humides en Bretagne. Mais la protection effective de ces espaces naturels remarquables s'est souvent heurtée en pratique à un manque de connaissance de l’état initial des sites avant leur destruction. C’est pourquoi l'inventaire de ces espaces sensibles doit être accéléré (à travers les SAGE ou les documents locaux d'urbanisme notamment), comme le recommandait d'ailleurs le SDAGE Loire-Bretagne de 1996.

Des inventaires agricolo-agricoles ?
En Finistère, l'Etat a pris l'habitude de confier à la Chambre départementale d'agriculture le soin de réaliser les enquêtes environnementales de terrain, et notamment d'inventorier les cours d'eau et des zones humides afin d'actualiser les données existantes. Le choix de ce prestataire de service de l'administration étant susceptible de prêter à discussion, Eau & Rivières (rejoint par Bretagne Vivante et la Fédération de pêche 29) a accepté de se prêter au jeu de la concertation. L'association a donc participé à 2 inventaires tests (à Tréflévénez en avril et Quéménéven en mai). A l'issue de ces deux "tests", plusieurs difficultés majeures ont été identifiées.

Ainsi, même si cette démarche d'inventaire était ouverte à toute personne intéressée, le défaut d’organisation et la légitimité douteuse du responsable de l'inventaire (tout à la fois juge et partie) sont très critiquables, se traduisant notamment par une précipitation et une méthodologie peu rigoureuse. Contre toute attente, au lieu de prendre le temps de renforcer la démarche, la Chambre d'agriculture "pressée" (une fois n'est pas coutume) d'avancer sur ce dossier, a choisi début juin de lancer l'opération à grande échelle et s'est donnée pour objectif de couvrir 80 communes d'ici à la fin du mois d'août... une période qui ne se prête guère à la mobilisation des individus, pas plus qu'à la caractérisation des cours d'eau.

Bien mais peut mieux faire
Dans ce contexte, Eau & Rivières a donc décidé début juillet de se retirer totalement d'une démarche contestable et contestée, et en a informé par courrier le président de la Chambre... lequel considère dans sa réponse que devant l'incompréhension engendrée par la méthode retenue par la Chambre, elle ne procéderait à aucune identification de zone humide dans l'action technique engagée... Ce qui n'empêche nullement la Chambre de lancer des invitations aux quatre coins du département pour ce faire, semant une certaine confusion dans les esprits.

Il est vrai que le Conseil Général, lui-même engagé de longue date dans un travail d'inventaire départemental, avait refusé une subvention conséquente sollicitée par la Chambre d’Agriculture pour cette mission (près de 100 000 €). Pour les élus départementaux, la Chambre d'Agriculture ne pouvait être porteur de projet alors même que plusieurs collectivités (via les SAGE ou le programme Prolittoral) ont manifesté l'intention de s'engager dans de telles démarches. 

De toute évidence, les inventaires environnementaux sont désormais des enjeux de pouvoir, et la réalisation d'inventaires au rabais n'est pas susceptible de déplaire à tout le monde...

 Forum : Réagissez à cette info

 Voir aussi rubrique Zones Humides

crédits - mentions légales - plan du site - contact