Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 30/2007

Réagissez à cette info

OGM en Bretagne :
Associations, élus et professionnels disent NON !

On l’attendait depuis le 15 mai, mais c’est seulement le 6 juillet que le ministère de l’agriculture a dévoilé les cantons où des agriculteurs ont planté du maïs transgénique. Surprise : il y en a 3 en Bretagne….

La nouvelle réglementation, fixée en mars dernier sous la contrainte d'un recours de la Commission européenne contre l'Etat français devant la Cour européenne de justice, oblige enfin les agriculteurs désirant cultiver des plants génétiquement modifiés à se déclarer auprès du ministère de l’agriculture avant le 15 mai de chaque année, en indiquant le type de plants utilisés, la date des semis, la surface et l’emplacement des parcelles.

Le ministère vient donc de soulever un coin du voile, mais un coin du voile seulement. Sans doute conscient des réticences de nombre d’agriculteurs, de consommateurs et de défenseurs de l’environnement face aux cultures OGM en plein champ, le ministère publie une liste qui se contente d’indiquer le canton et la surface cultivée. Il est donc impossible pour les agriculteurs voisins n’utilisant pas de maïs transgénique de savoir s’il y a risque ou non de contamination pour leurs propres cultures.

En Bretagne, 3 parcelles de maïs MON810 ont été déclarées, 2 en Ille-et-Vilaine et 1 en Morbihan. Ce maïs, commercialisé par la multinationale Monsanto - bien connu pour vendre également des pesticides -, sécrète une toxine insecticide contre la pyrale, dont la larve est nuisible pour la culture du maïs.

Cette annonce fait l’effet d’une bombe. On le sait, le Conseil Régional de Bretagne s’est fortement mobilisé contre les OGM « du champ à l’assiette ». Il a notamment édité un guide des produits sans OGM en Bretagne, et participe activement au réseau des Régions européennes libres d’OGM.

C’est avec une égale volonté que 47 communes d’Ille-et-Vilaine ont pris des délibérations ou des arrêtés interdisant ou décourageant la culture d’OGM en plein champ.



A Hédé le 19 juillet, plus de 200 personnes présents pour dire non aux OGM dans le canton

C’est pourquoi le collectif OGM 35 a organisé le 19 juillet une réunion publique afin d’informer les habitants du canton de Hédé (35). Malgré un avant goût de vacances, plus de 200 personnes étaient au rendez-vous, dont beaucoup d’élus (député, conseillers généraux, maires…) afin d’écouter les intervenants et débattre démocratiquement.

A la tribune, associatifs représentés par la MCE, professionnels représentés par Agrobio et la Confédération Paysanne, élus représentés par le Conseil Régional de Bretagne, ont publiquement adopté une position commune pour dire "non à la culture de maïs transgénique en plein champ".

Une réunion identique a été organisée le 23 juillet à Sainte-Marie de Redon (35) où plus de 300 personnes se sont réunies. Une autre réunion publique aura lieu dans le canton de Rochefort-en-Terre (56) le 1er août 2007.

Voir la liste des cantons OGM en France.

Voir le site du collectif OGM 35.
Voir le site du Conseil Régional « Consommer sans OGM ».
Voir la liste des communes d’Ille-et-Vilaine ayant pris des décisions défavorables aux OGM dans les cantines municipales ou pour la culture en plein champ (pdf - 68 ko)

Voir les actualités de l'année 2007.

crédits - mentions légales - plan du site - contact