Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 18/2007

Réagissez à cette info

Une assemblée générale dynamique

Adhérent venus nombreux, interventions de qualité, débats animés, l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue samedi 28 avril à Saint-Jacques de la Lande (35), a été extrêmement dynamique.

Cette assemblée s’est ouverte par l’allocution d’accueil du maire de St-Jacques de la Lande, également vice Président de Rennes Métropole. Daniel DELAVEAU a souligné l’apport d’Eau & Rivières dans les progrès de la politique de l’eau et son rôle utile de contrepouvoir indépendant. L’élu a condamné les actes de violence commis en mars à l’encontre de l’association et de ses membres, en rappelant que la démocratie ne pouvait accepter de tels écarts.

Les participants ont approuvé à une très large majorité les différents rapports, dont le rapport moral présenté par le Président Camille RIGAUD. Celui-ci a fait allusion à la probable condamnation de la France pour l’inefficacité de sa politique de l’eau en Bretagne et les teneurs toujours trop élevées en nitrates de plusieurs rivières :

« Notre seul tort dans ce dossier, c’est d’avoir eu raison trop tôt.

Pour éviter une lourde condamnation, l’Etat a décidé seul, en urgence, des mesures dont la brutalité et le manque de concertation préalable, notamment avec les collectivités concernées par les suspensions des captages, ont choqué. Mobilisés par le syndicalisme majoritaire, des agriculteurs ont réagi brutalement eux aussi; ils ont tourné leur courroux vers la société civile, en l’occurrence ERB, avec les dérapages que vous savez. Comme si votre association était responsable des excédents de nitrates qui coulent dans les rivières, de la politique agricole qui les a conduits dans l’impasse, et du manque de courage de l’Etat qui a tant tardé à appliquer la législation.

S’ils imaginaient ainsi isoler Eau & Rivières de Bretagne, ils ont échoué ! Ces violences ont au contraire permis de mesurer la sympathie dont bénéficie votre association : nous avons reçu de très très nombreux soutiens, d’associations, de syndicats, d’organisations agricoles, de collectivités au premier rang desquelles le conseil régional, de partis politiques de droite comme de gauche, de personnalités diverses, de simples citoyens.

Tous ont salué notre action au service du bien commun, et nous ont encouragés à la poursuivre.

Telle est bien notre intention. Nous sommes en effet persuadés que nos démarches non violentes, transparentes, respectueuses des lois en vigueur, constituent une nouvelle forme de citoyenneté dont notre région et notre pays ont tant besoin pour faire prévaloir l’intérêt général sur toutes les formes de corporatisme et d’intérêts à court terme.

La seconde partie de l’assemblée générale a permis aux adhérents d’entendre deux interventions. L’exposé de Pierre AUROUSSEAU, Président du Conseil Scientifique Régional de l’Environnement, a dressé un état précis de l’évolution de la pollution des eaux bretonnes par les nitrates. Le chercheur de l’INRA, tirant les enseignements d’un ensemble d’évaluations, a insisté sur trois faits :

ØLa prudence nécessaire dont il faut faire preuve en matière d’interprétation des résultats, l’évolution favorable des concentrations restant à confirmer dans le cadre d’un cycle d’années humides ;

ØLa baisse de la pression polluante, qiu devra être amplifiée pour satisfaire aux objectifs de la directive cadre sur l’eau ;

ØLa révision profonde des pratiques agricoles pour assurer le respect à l'horizon 2015 des 50 mg/l. de nitrates, notamment sur des bassins tels que celui de l’Horn (29), sur lequel la réduction des apports est plus faible sur d’autres bassins versants bretons.

Rémy LE GUEN, producteur laitier à Tressignaux (22), a présenté son exploitation, ses pratiques, et ses résultats économiques. Il a insisté sur les performances économiques obtenues grâce à une surface fourragère à base d’herbe, ainsi que sur les avantages environnementaux de ce système : faible consommation d’engrais, réduction par 5 des pesticides, préservation des sols et de la biodiversité.

En conclusion de son intervention, Remy LE GUEN a évoqué les difficultés causées aux producteurs engagés dans l’agriculture durable par les choix d’application de la Politique Agricole Commune faits en France. Des choix qui pénalisent les systèmes de production favorable à l’environnement !

Voir les actualités de l'année 2007.

crédits - mentions légales - plan du site - contact