Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


L'info de la semaine 09/2007                      Réagissez à cette info

Violence

Dans la nuit du 26 au 27 février, les locaux de notre association à Brest ont été saccagés. Déjà le week-end dernier, l’entrée des bureaux de Guingamp avait également subi des dégradations. Ces violences, auxquelles s’ajoutent diverses intimidations et menaces, s’inscrivent dans le contexte d’opposition d’une partie du monde agricole aux décisions prises par l’Etat pour échapper aux sanctions européennes.

Ces violences sont inacceptables.

Si notre association ne fait aucun amalgame entre ces casseurs et la très grande majorité des agriculteurs, les violences de ces derniers jours doivent être clairement condamnées par les responsables professionnels. Car ces violences font d’abord du tort à cette profession.

Depuis ces faits, nous avons reçu des centaines de messages de soutiens et de sympathie : de simples citoyens, d’élus de toutes tendances politiques, de nombreux responsables d’associations …

Nous apprécions les prises de position de la Confédération Paysanne (voir leur communiqué) et des organisations de l’agriculture durable et biologique (Communiqué INPACT PDF 11ko, Communiqué FNAB 240ko ) et de la CFDT (voir leur communiqué - 60 ko) . Le soutien des associations, locales ou régionales, comme Bretagne Vivante et Cohérence (voir leur communiqué), témoigne de la solidarité du monde associatif et de sa convergence de vues, tant sur les responsabilités de la situation actuelle, que sur l’action d’Eau & Rivières de Bretagne.

Sur le fond du dossier, nous rappelons avec force :
- que notre association a depuis 1980 alerté les pouvoirs publics et les acteurs économiques sur la montée des nitrates ; qu’elle a toujours agi, en toute transparence, dans la légalité, et dans le strict respect du fonctionnement de la démocratie ;
- qu’au-delà d’Eau & Rivières de Bretagne, le mouvement associatif ne peut être tenu en 2007 pour responsable de la qualité insuffisante des rivières bretonnes au regard d’une directive qui date de 1975 !
- que les pouvoirs publics, les organisations économiques et professionnelles, n’ont pas voulu prendre à temps les mesures nécessaires pour réduire la pression polluante ; ce qui aurait dû être fait de façon progressive, volontaire, et fortement aidé par l’Etat depuis 15 ans - voire même depuis le plan d’action de 2002 -, ne l’a pas été ;
- qu’il est à l’évidence compliqué, et douloureux pour les exploitations concernées, d’obtenir en six mois, ce qui n’a pas été fait depuis 15 ou 20 ans ;
- qu’il appartient à l’Etat, d’assumer la responsabilité de ses insuffisances et des mesures brutales qu’il a décidées, et de rapidement préciser les moyens qu’il entend mettre en œuvre pour accompagner ces mesures.


 

 

 

 

Le président Camille Rigaud, le Conseil d’administration et toute l’équipe de salariés d’Eau & Rivières de Bretagne remercient tout ceux qui leur ont manifesté leur sympathie et leur solidarité, parmi lesquels de nombreux partis politiques régionaux et nationaux ; nous vous proposons ici quelques-uns des témoignages de ces anonymes et personnalités publiques.
Vous aussi, apportez votre témoignage -

---------
Bonjour
Au nom de tous les gamins qui ont pu bénéficier d'une ouverture d'esprit sur les problèmes vitaux que vous défendez et d'un enrichissement exceptionnel grâce à la qualité des animations que vous leur avez apportées dans le cadre d'un partenariat en complément de mon enseignement, je voudrais vous témoigner ma tristesse de voir les dégradations que vos locaux ont subies (et vous-mêmes moralement en tant que personnes sincères dans votre action quotidienne). Il est inacceptable de détruire du matériel d'information ainsi que du matériel pédagogique, de s'en prendre à des gens responsables qui agissent au grand jour sur la place publique; une fois de plus, ce ne sont ni l'intelligence, ni le courage qui se sont exprimés
cordialement
Claude instit’ BREST
---------
Bonjour,
Je viens de rentrer de Suisse (examens universitaires d'hiver) et ai pris connaissance des informations sur les menaces qui t'ont été adressées. Indécent. Ce ne sera pas à travers des actes d'intimidation dans la plus mauvaise expression de jacqueries vendéennes que les agriculteurs de Bretagne et d'ailleurs réussiront à récupérer crédibilité et respect.
Tu as mon adhésion et mon soutien pour ton action et celle des amis de Eau & Rivières..
Amicalement
Riccardo Petrella
Université de Louvain
---------
Bonjour,
Suite à ce qui c'est passé chez vous et surtout/aussi à Brest, quelles décisions ?
Les leaders agricoles instrumentalisent. La question, allons nous vers une action emblématique ? De part mon métier et mes motivations, je privilégie l'éducation, mais là ils abusent. De formation et d'origine agricole, je soutiens et participe aux actions engagées pour la reconquête de la qualité de l'eau. Je soutiens et participerais à une action forte et visible.
En ces temps d'élection, why not????
Jean Marc, éducateur environnement,
---------
Bonjour,
je viens de m'abonner à votre Newsletter et je profite de l'occasion pour vous signifier mes encouragements et remerciements en tant que citoyen de la terre soucieux de son environnement. Vous venez de subir des agressions inqualifiables, dignes d'une époque barbare que l'on croyait révolue; mais le bon sens devra finir par l'emporter, qu'ils le veuillent ou non. Curieux tout de même, les qualificatifs d'"actions violentes dignes des terroristes et méritant la prison" attribués à José Bové. Pour avoir touché à des champs de maïs dangereux pour la survie de l'humanité, il écopera certainement plus que des gens ayant proféré des menaces de mort et saccagé des locaux. Ceci me semble particulièrement choquant ,et j'avais envie de vous faire part de ma totale solidarité.
Encore merci pour votre travail.
Jean.
---------
Bonjour,
Les représentants de la Flottille rade de Brest ont appris avec incrédulité les agissements des agriculteurs – éleveurs à l’encontre d’Eau & Rivières et de Gérard Borvon. Nous vous exprimons tout notre soutien et notre solidarité. Ces saccages, ces menaces, particulièrement insupportables à l’encontre de Gérard, nous scandalisent. Et nous révoltent d’autant plus que ces actes n’auront peut-être pas, comme c’est souvent le cas, de suites judiciaires, ou au pire un non-lieu (cf. impôts de Morlaix), au moment où la justice d’Orléans préconise des peines particulièrement sévères à l’égard des militants qui prônent un moratoire sur les cultures OGM en plein champs.
Le 28 février 2007 - « l’Amirauté »,
Daniel, Christine, Michel, Clément, Xavier, Claudette, Christian, Pierre
---------
Hallucinant ! Une directive de 75, une plainte de 92, et une (réelle) action de l'Etat en 2006 ! Et par là-dessus, c'est ERB qui trinque. Très bonne intervention du représentant d'ERB à la TV.
Soutien à vous tous. Merci de transmettre.
Mikael
---------
Particulièrement choqué par ce qui vient de se passer (…), je voulais vous apporter avant tout mon soutien moral, car n'habitant pas Brest et ayant actuellement quelques soucis de santé, je ne peux malheureusement me déplacer pour vous aider a remettre en état vos locaux. Vraiment écœuré par leurs méthodes et toujours les mêmes façons d'agir....
Bravo pour l'image du monde agricole
De tout cœur avec vous pour vous soutenir.
Bon courage.
Cordialement
Jean Pierre
---------
Au moment où les Faucheurs (dont 16 Bretons) encourent de lourdes peines à Orléans, les agriculteurs saccagent les locaux de l'association "Eau et Rivières de Bretagne".
Or, on sait pertinemment que ces agriculteurs ne seront pas inquiétés!
Une justice à deux vitesses!
Je suis écoeurée!
Claudette
----------
Bonjour,
J'ai appris avec désolation le saccage de vos locaux par quelques énervés, d'origine agricole vraisemblablement. Ce coup, dur à encaiser, passé, j'espère que vous profiterez de la tribune qui vous sera faite pour continuer à parler encore plus de la qualité de l'eau de nos rivières et de nos sols.
Peut être est-ce également l'occasion de rappeler à certains syndicats agricoles, que leur intérêt est plus de dialoguer avec l'Etat, que de taper sur des associations (ou de condamner fermement les brebis galeuses qui le feraient), qui ont la sympathie du grand public. Continuez votre travail et bon courage
Daniel
---------
L'agression que vous venez de subir est absolument déplorable.
Saccages, menaces physiques, il y aurait-il des zones de non-droit ou sévirait de la racaille dans la campagne bretonne. Mais que fait le petit Nicolas avec son gros nettoyeur haute pression (pas de marque), le réserverait-il à une catégorie de population moins pâle.
C'est vrai, j'oubliais, il est en campagne. ... Attention, c'est dangereux, la campagne.
J'expédie de suite mon bulletin d'adhésion, j'espère qu'on sera nombreux à le faire.
Salut et bon courage
François
---------
Monsieur le président
Le saccage dont ont été victimes les locaux d’Eau et Rivières à Brest dans la nuit du 26 au 27 est inadmissible. Je condamne avec force ces actes de vandalisme, et tiens à vous témoigner mon total soutien ainsi qu’aux équipes de bénévoles. Restant à votre disposition, bien cordialement.
François Cuillandre
Maire de Brest
---------
Un copain d'Attac 22 me fait part de vos soucis et des attaques intolérables que vous avez subies...
J'avais vu l'histoire des manifs de gros paysans qui ne peuvent pas polluer autant qu'ils veulent !
Lamentable
Tenez-bon. Courage pour vous remettre en selle. C'est la preuve même que vos interventions (procès...) sont bien perçues par le public et ont au final un impact non négligeable sur les préfets, les Cg ....
Florence
----------
Bonjour
Courage et détermination dans l'épreuve que vous avez subie à Brest. Les imbéciles qui ont fait ça et dont la signature est évidente se trompent malheureusement de cible. Les fins limiers de Sarko sauront bien rapidement trouver les terroristes!
André de Fouesnant
---------
Chers amis militants,
Les associations M.E.R de Plougrescant (22) et l'APEN de Plouha (22) sont écœurées, furieuses par les violences dont les collègues, les bénévoles d'ERB ont été victimes. (…)
" Les hommes sont si bêtes qu'une violence répétée finit par leur paraître un Droit" Helvetius
et " Si nous devenions violents, nous n'aurions plus rien à défendre" Dalai Lama. Bon courage, nous sommes avec vous tous.
La présidente de M.E.R
Muriel Fiannacca
La Présidente de l'APEN Plouha
Isa Tomadini
---------
Monsieur Le Président,
J'ai appris ce matin par OF le saccage de votre local à Brest. Ces agissements sont intolérables et doivent être sanctionnés avec sévérité. J'espère que les renseignements généraux sauront démasquer les auteurs. Croyez bien que je vous assure de ma sympathie et que je serai à vos
côtés pour défendre la liberté d'expression et d'action des associations qui servent l'intérêt général.
Jean-René MARSAC
Conseiller Régional
Président de la Commission Locale de l'Eau, SAGE Vilaine
---------
Bonjour,
Le bureau de notre association Diwall an Aberiou tient à vous exprimer toute sa sympathie dans l'épreuve à laquelle vous faites face. Nous sommes consternés devant le comportement primaire d'une organisation qui se dit professionnelle, et outrés des actes odieux qu'ils commettent ou qu'ils inspirent.
Pour manifester concrètement à ERB, et en reconnaissance des services éminents qu'elle rend à la Bretagne dans le domaine de l'environnement, nous avons décidé de souscrire deux abonnements supplémentaires à sa revue. Nous prenons d'autre part l'initiative de susciter autour de nous des adhésions à ERB. Nous suggérons à d'autres associations de prendre des initiatives dans le même sens.
Pierre Rivoal


lundi 5 mars 2007

L'eau est une ressource naturelle que nous devons laisser de bonne qualité à nos enfants et aux générations futures. AE2D Brest (Agir pour l'Environnement et le Développement Durable), à l'issue de son assemblée générale du 2 mars, apporte son soutien à l'association Eau & Rivières de Bretagne, condamne les actes de vandalisme non revendiqués contre les locaux de l'association et dénonce les menaces proférées à l'encontre de militants. AE2D tient à rappeler qu'elle n'a pas attendu le fait que la France risque d'être condamnée pour excès de nitrates dans neuf bassins versants bretons et que le Préfet de Région décide de suspendre les prélèvements d'eau dans quatre captages hors normes, et de limiter autoritairement la fertilisation azotée autorisée sur les cinq autres pour faire circuler une pétition "Prévenir et Protéger plutôt que Traiter et Réparer". Cette pétition, qui a recueilli plus de 4 000 signatures, a été déclarée recevable par la commission des pétitions du Parlement Européen en 2004. Les captages ne doivent pas fermer, il ne doit pas y avoir de nouvelles interconnexions ni de nouvelles usines de dénitratation. La réduction de la pollution à la source est la meilleure garantie pour assurer la production d'eau potable de bonne qualité et le seul moyen pour atteindre "le bon état écologique des eaux d'ici 2015" fixé par la directive cadre sur l'eau de l'année 2000.
L'eau n'est pas une "marchandise", c'est une ressource naturelle que nous devons laisser de bonne qualité à nos enfants et aux générations futures.
-------
Bonjour
Je tiens à apporter le soutien de l'Association Bretonne pour la Pêche à la Mouche (210 adhérents), face aux agressions, aux injures et menaces visant Eau et Rivières de Bretagne dans son combat citoyen. Malheureusement, une partie de la profession agricole n'est pas encore prête à respecter les citoyens et préfère intimider ceux qui osent vouloir faire respecter les lois.
Transmets de notre part ce soutien à tous les salariés d'ERB ainsi qu'à l'ensemble du Conseil d'Administration, qu'ils sachent que leur engagement est juste.
Ma plus forte solidarité et à bientôt.
Le président de l'ABPM
Jean Yves Bouglouan
--------
Natur-action condamne le saccage des locaux d'eaux et rivières de Bretagne et apporte son soutien sans faille aux bénévoles et aux salariés. Bon courage.
Alain

---------
Je viens d'apprendre cette bien triste nouvelle et je suis consterné par la réaction qui me semble être le fait d'une " bande d'irresponsables" (pour rester poli !). Que les agriculteurs aient des difficultés, ce n'est pas un scoop, mais que l'on en arrive à de tels procédés, c'est tout simplement inadmissible. Je suis allergique à la violence, à l'incompétence, à l'irresponsabilité et à la ( CO..censuré..RIE ). Ce genre de méfait me conforte dans mon opinion.
Je suis atterré de voir que l'on puisse s'en prendre d'une telle façon à une association : ce sont des méthodes de voyous stupides et primaires, des "Belous", comme ont dit par ici !
Notre pays a besoin d'être "pris en main" sur le plan écologique et ceci, de façon rigoureuse.
Je veux laisser quelque chose de propre à mes trois enfants, et je crois que sans les actions menées par les acteurs constructifs, telles que votre association, de notre beau pays (pour combien de temps encore?), sont nécessaires et indispensables à la sauvegarde de notre patrimoine.
Aussi, je suis décidé à vous soutenir :
- à titre personnel tout d'abord
- en tant que président d'une petite association de propriétaires riverains de Vilaine, près de La Roche Bernard. Je vous demande donc quelles sont les possibilités de rapprochement avec Eau et Rivières de Bretagne.
Cordialement
Roger Morel
---------
C'est lamentable ! Je viens seulement d'apprendre ce qui c'est passé et que je vois confirmé sur votre site. J'approuve pleinement toutes les réactions d'Eau et Rivières. Mes pensées solidaires vont naturellement d'abord aux personnels de Brest et Guingamp. Et j'espère que ce vandalisme fera l'objet de poursuites légitimes. Quand à un débat, il ne peut s'établir que dans le calme après des excuses, au minimum, du syndicat agricole concerné.
Roger Gicquel
---------
Bonjour à tous

Je tiens à vous apporter tout mon soutien devant cette violence inacceptable dont vous êtes victimes ainsi que Gérard Borvon. Une nouvelle fois le monde agricole se démarque d'une manière effrayante dans notre démocratie. Aucun dialogue ne peut s'instaurer avec ces agri-voyous. Ces actes s'ajoutent à la longue liste noire des exactions dont nous, simples citoyens, subissons les conséquences sans rien dire. Les agriculteurs et les élus semblent avoir oublié ce fait essentiel : aujourd'hui cette liste de faits, qui s'allonge depuis plusieurs années, se grave à jamais dans la mémoire collective par leur climat terrorisant. Les agriculteurs intensifs peuvent toujours rêver d'un quelconque soutien de la population. Cela est hors de question pour de longues années. La justice aussi est responsable par son laxisme de cette situation. Les faucheurs OGM ont un traitement particulier, les casseur agricoles un autre. Etant donné que les citoyens se font avoir sur toute la ligne, il est peut-être venu le temps que les consommateurs citoyens en réponse à ces actes violents donnent un signal fort au monde agricole et aux élus, un acte lui pacifique : une vaste opération de boycott total, pour une durée fixe ou indéterminée, des produits de l'agriculture intensive, ceci afin de faire comprendre aux agriculteurs qu'ils ont encore besoin des citoyens consommateurs.
Tenons bon
Gilbert Lesneven
---------
Refuser la violence et appliquer les solutions qui ont fait leurs preuves.
En tant qu’association adhérente, La Passiflore manifeste son soutien à Eau & Rivières de Bretagne dont les locaux de Guingamp et de Brest ont fait l’objet d’actes de vandalisme non revendiqués. Quand des responsables du monde agricole stigmatisent une association qui ne fait que rappeler le droit des Français à boire une eau du robinet conforme et de qualité, ils prennent le risque de voir flamber la violence et, ce faisant, d’accentuer la faille entre les agriculteurs et les autres citoyens. Consciente des efforts consentis par nombre d’agriculteurs, La Passiflore peut comprendre leur désarroi face aux mesures annoncées par l’Etat. Cependant la poursuite de la réduction de la pollution des eaux reste notre objectif, car, derrière les nitrates, d’autres contaminants de l’eau, tels que les pesticides, menacent la santé des consommateurs comme celle des agriculteurs. Au-delà de la pollution actuelle du captage de Quincampoix sur le ruisseau des Echelles à Montours, le recours à un approvisionnement extérieur par le biais des interconnexions, outre son coût, n’est pas une solution d’avenir, car la qualité des eaux brutes est partout menacée par l’agriculture intensive. Aussi, plutôt que de poursuivre les politiques agricoles qui ont mené à ces résultats : relèvement des seuils d’élevage soumis à autorisation, réduction des distance d’épandage et des bandes enherbées susceptibles de protéger les points d’eau, abandon des Contrats Territoriaux d’Exploitation et mise en place du système injuste du droit à paiement unique, il appartient au gouvernement, au parlement et aux institutions agricoles de promouvoir les agricultures durables à l’échelle nationale. En effet d’autres systèmes de production agricole ont démontré leur productivité et leur viabilité économique autant qu’écologique et sociale. Les citoyens paient leur panier de provisions et peuvent même soutenir l’agriculture, longtemps mamelle de la France, par leurs impôts. Mais doivent-ils en plus payer toujours plus cher la dépollution de l’eau, pour finalement acheter de l’eau en bouteille, encore aux normes, mais pour combien de temps ?
Dans le souci de la protection de l’environnement comme des droits de chaque citoyen, la Passiflore est prête à travailler localement avec tous les acteurs concernés en vue de l’élaboration d’un projet agricole durable en Pays de Fougères
---------
Bonjour à tous,
Nous venons d'apprendre la nouvelle concernant le saccage de vos locaux, qui plus est avec des menaces de mort envers Gérard Borvon, avec qui Pierre Boyer et Bernard Rousseau ont d'ailleurs échangé lundi dernier en marge de la réunion du CNE. Le Réseau eau de FNE dénonce évidemment ces pratiques d'un autre temps et souhaite vous apporter son soutien dans ce combat, qui est aussi le nôtre. Sachez d'ores et déjà que l'édito de Bernard de la prochaine lettre eau (à paraître en mars) portera sur ces faits, que nous ne manquerons pas de faire suivre au niveau national.
Bon courage,
Cordialement.
Romain Suaudeau
Pour le Réseau eau de FNE
---------
Bonjour,
Suite à la lecture du Ouest-France du mercredi 28 février, où j'ai appris le saccage de votre local, j'ai envie de vous faire part de tout mon soutien et de ma solidarité face à de telles violences et une telle stupidité humaine. J'ai encore du mal à réaliser qu'une frange de la population des agriculteurs puisse passer au dessus de la loi et s'en prendre à une association de citoyens qui, à travers ses actions et ses revendications, promeut l'écologie et par là une certaine vision de l'intérêt général. Je reste atterré devant tant d'incompréhension de la part des gros agriculteurs et devant leur perméabilité à d'autres façons de mener leur agriculture, plus respectueuse de l'environnement. Pour moi cela frise à l'irresponsabilité face à la société, mais aussi face à la Terre même, à l'heure où, comme chacun commence à le savoir, l'enjeu de l'eau est plus important que jamais pour notre avenir et pour l'avenir de nos enfants.
J'en profite par ailleurs pour vous faire savoir que cette thématique de l'eau sera centrale lors de la Semaine de l'Environnement du 12 au 18 mars 2007 à Rennes, organisé par l'association Ar Vuez (association étudiante) dont vous trouverez le programme complet à cette adresse : http://www.arvuez.org/ En espérant que vous aurez gain de cause,
Xavier
Etudiant à Rennes et militant associatif 
---------

La presse du 28 février a relaté dans ses éditions les saccages de locaux (Guingamp, Brest, bombage à Landerneau, menaces de mort...) dont vous avez été victimes.
D’évidence ces agressions sont consécutives à la décision préfectorale réduisant la fertilisation des sols, dans le cadre de mesures européennes. Ces mesures visent à faire baisser la quantité de nitrates dans les eaux de rivières en limitant les apports azotés à partir de 2008.
A Landerneau, une cinquantaine d’agriculteurs ont peint des slogans.
Nous ne pouvons tolérer ces assertions mettant sur le même plan les responsables du génocide et de la seconde guerre mondiale et votre association que nous côtoyons notamment au Conseil Economique et Social de Bretagne.
Nous condamnons fermement ce type d’agressions et voulons vous témoigner notre sympathie et notre solidarité.
CGT Bretagne 
---------

Le groupe local Greenpeace de Rennes et l'antenne de Brest souhaitent apporter tout leur soutien à l'association Eau & Rivières de Bretagne qui a été victime de vandalisme et intimidations à Brest et Guingamp. Certains ont choisi le camp de la violence, de l'anonymat et de la lâcheté alors qu'Eau & Rivières de Bretagne lutte courageusement depuis des années contre la pollution des eaux bretonnes.

---------

Au nom de l'association nyangon (79), je vous adresse mon soutien le plus total face à ces violences. Ces actes barbares ne trouvent aucune justification. Il ne faut rien lacher face à ceux qui ne respectent pas l'environnement.
Bravo pour votre travail ! Très cordialement
Dimitri B
Président de nyangon

---------

Breizh Ha Reizh, la Fédération bretonne des acteurs du commerce équitable, souhaite apporter son soutien le plus vif à Eau & Rivières de Bretagne, suite aux intimidations et aux menaces que cette association a subies dernièrement lors du saccage de ses locaux à Brest.
La violence utilisée contre l'association Eau & Rivières de Bretagne pour défendre les intérêts corporatifs d'une forme d'agriculture productiviste est inadmissible et nous la condamnons avec force.
Depuis de nombreuses années déjà, Eau & Rivières a su montré sa grande préoccupation et une implication non moins déterninée à préserver le bien public que représente l'eau.
Pour cela, Eau & Rivières de Bretagne a toujours été une force d'interpellations et de propositions pour contre-carrer le modèle dominant d'une agriculture qui n'a pour souci, ici au Nord et là-bas au Sud, qu'un profit toujours plus grand pour quelques-uns. Avec pour première conséquence un accroissement des fermes transformées en usine agricole, au détriment des agriculteurs paysans obligés d'abandonner leurs terres provoquant des catastrophes environnementales désastreuses. Toujours les mêmes, ici comme là-bas, pour une terre nourricière traitée de façon éhontée par une agrochimie au service des multinationales ...
Pour ces quelques raisons, et sûrement encore de nombreuses autres, nous, acteurs bretons du commerce équitable, nous nous reconnaissons dans le combat mené par Eau & Rivières de Bretagne dans cette reconquête d'une eau de qualité, première étape pour atteindre une agriculture respectueuse des humains et de l'environnement !
Le commerce équitable vise, en plus du respect des droits humains, à apporter un revenu qui permette à chacun de prendre en charge ses besoins fondamentaux et à préserver l'environnement naturel, social, culturel et économique.
Cette définition nous engage à Breizh Ha Reizh vis-à-vis des agriculteurs paysans de Bretagne, de France et d'Europe, comme elle nous engage déjà vis-à-vis des paysans du Sud. (http://www.ingalan.org/commerce_equitable/campagneboycott.php)

Que cela soit pour cette dimension éthique ou pour une autre non moins importante et qui recherche un mode de développement soutenable, nous tous, acteurs de l'environnement et du commerce équitable, acteurs d'une économie solidaire au service de l'humain, nous devons, d'une part, interpeller les politiques pour qu'enfin ils prennent leurs responsabilités face à ces enjeux qui nous préoccupent ; et, d'autre part, accompagner nos concitoyens, agriculteurs ou pas, à prendre en compte les nécessaires transformations pour que nous vivions enfin dans un environnement sain, dont les ressources publiques et vitales telles que l'eau sont respectées, pour l'Intérêt Général.
Un autre monde est possible. De multiples exemples nous montrent déjà la voie, ici au Nord ou là-bas au Sud. Engageons-nous à les soutenir et à les suivre !
Continuons tous le combat pour une prise de conscience collective des enjeux eco-environnementaux, contre la bétise préférons l'union.

Avec Eau & Rivières de Bretagne, soyons toutes et tous des Veilleurs volontaires de rivières, pour le bien de notre humanité ! 

---------

L'AQVMCV (ASSOCIATION POUR LA QUALITE DE LA VIE A MILIZAC ET DANS LES COMMUNES VOISINES) a pris connaissance du saccage inadmissible perpétré de manière anonyme et sournoise des locaux de E & R. Elle s'élève avec force contre ces pratiques d'un autre temps. S'attaquer à une association et des personnes qui dénoncent courageusement la pollution de l'eau en Bretagne ne peut être que le fait d'une corporation qui cherche à peser sur les pouvoirs publics pour défendre ses intérêts particuliers au mépris de l'intérêt général. Vouloir tenter l'épreuve de force avec le monde associatif, c'est prendre le risque de dresser des populations les unes contre les autres. Nous devons reconnaître que chaque jour certains agriculteurs font un effort pour reconquérir la qualité de l'eau, malheureusement certains autres n'ont pas ce souci. Il s'ensuit que, par la faute de quelques uns, le milieu agricole est discrédité dans sa totalité.
Comment sortir de cette impasse?
L'AQVMCV suggère que se renoue le dialogue entre: les éleveurs industriels qui auraient du se soumettre aux normes environnementales depuis 15 ans, l'Etat qui doit se faire respecter et imposer les décisions qu'il a prises, la société civile qui est la première concernée par la pollution de l'eau et ses conséquences financières, les maires des communes. Ces derniers devraient pouvoir fournir à leurs administrés l'eau de qualité qui se trouve dans le sous-sol de leur commune sans en être empêchés par des querelles indignes de gens civilisés. Ils éviteraient ainsi une forte augmentation du prix de l'eau induit par la dépollution de l'eau aux mains des multinationales. 
---------
 à vous ...


 Autres communiqués et courriers :

  • Invitation de la FDSEA29 à un débat public le 1er mars à Plouvorn et réponse des associations

 

 

crédits - mentions légales - plan du site - contact