Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 4bis/2007

Réagissez à cette info

MONSANTO condamné :
La justice remet les pendules à l'heure sur le Roundup

Par jugement du 26 janvier 2007, les magistrats de la 5ème chambre correctionnelle du tribunal de Lyon viennent de condamner pour publicité mensongère l’ancien dirigeant de la société MONSANTO AGRICULTURE FRANCE à 15000 € d’amende, et à la publication du jugement dans le quotidien Le Monde et dans une revue de jardinage. Cette condamnation, qui met fin au mensonge de MONSANTO, remet les pendules à l’heure. Elle constitue une excellente nouvelle pour la protection de l’eau.

Suite à la plainte d'Eau & Rivières de Bretagne en 2001, les inspecteurs de la répression des fraudes avaient dressé un procès-verbal d'infraction pour publicité mensongère à l'encontre des dirigeants de la société MONSANTO, fabricant du Roundup et de la société SCOTTS FRANCE, distributeur exclusif en France de ce pesticide.

Les campagnes de publicité de MONSANTO, présentant à la télévision et sur les emballages le désherbant Roundup comme respectant l’environnement, ont favorisé la banalisation de l’usage de ce pesticide, le plus vendu aux jardiniers amateurs. Cette banalisation explique le fort taux de pollution des eaux françaises : les deux molécules chimiques issues du RoundUp sont détectées respectivement dans 55 % et 35 % des eaux superficielles (voir rapport IFEN 2006).

Désormais, au-delà du Roundup, les fabricants et distributeurs de pesticides ne pourront plus prétendre que les pesticides respectent l’environnement ; d’ailleurs, l’article 36 de la loi sur l’eau adoptée le 30 décembre dernier par le parlement renforce cette interdiction en prohibant « les publicités pouvant donner une image exagérément sécurisante ou de nature à banaliser leur utilisation ».

Sans réduction des quantités de pesticides épandus par tous les utilisateurs (collectivités, agriculteurs, particuliers), il est vain d’espérer réduire les impacts de ces molécules chimiques qui empoisonnent insidieusement la nature, et portent atteinte à la santé publique.

En ce sens, la condamnation pour publicité mensongère du fabricant du pesticide le plus vendu dans le monde constitue une excellente nouvelle : elle aidera sans nul doute à la nécessaire prise de conscience collective et aux changements de comportements qui s’imposent, pour améliorer la qualité de nos ressources naturelles.

Télécharger l'extrait du jugement (pdf - 64 ko)
Télécharger le communiqué de presse (pdf - 156 ko).

Voir les autres actualités sur l'affaire MONSANTO :
- Publicité mensongère du RoundUp : le tribunal de Lyon rendra sa décision le 26 janvier 2007 (décembre 2006).
- L'heure de vérité pour le RoundUp (novembre 2006).

Voir la page spéciale sur l'affaire MONSANTO.

Voir les actualités de l'année 2007.

crédits - mentions légales - plan du site - contact