Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 3/2007

Réagissez à cette info

Abattoir de Guelesquin : les rejets en enquête publique

Jusqu’au 2 février prochain, la demande d’autorisation d’exploiter la station d’épuration présentée par la société TILLY-SABCO de Guerlesquin, ainsi que sa demande d’autorisation d’épandage des boues de la station d’épuration sur une surface de près de 500 ha des Monts d’Arrée, sont soumises à enquête publique.


Le Guic à Loc Envel : un biotope exceptionnel dégradé par lesrejets d'abattoir

L’abattoir de volailles de Guerlesquin, qui génère un flux polluant de 35000 équivalents habitants, rejette journellement ses 4000 m3 d’eaux usées quasiment aux sources du Guic, affluent du Léguer. Ce bassin versant est particulièrement sensible : classé du fait de sa richesse biologique en « zone Natura 2000 », c’est aussi l’une des rivières à saumons les plus productives de France et un cours d’eau utilisé pour l’alimentation en eau potable de toute la région de Lannion. Difficulté supplémentaire, le rejet s’effectue à l’aval de la retenue de Trogoredec exploitée par la commune de Guerlesquin, dont le débit réservé de 85 litres/seconde n’a jamais été respecté en période estivale. C’est donc le rejet de la station d’épuration qui constitue de mai à novembre, l’essentiel du débit du Guic…

L’abattoir TILLY-SABCO a provoqué au cours des dernières années plusieurs pollutions graves du Guic, détruisant toute la vie piscicole de ce cours d’eau sur plusieurs kilomètres. Par ailleurs, l’épandage des boues d’épuration sur des zones fragiles des Monts d’Arrée, dans des conditions agronomiques défaillantes, a provoqué l’indignation de l’association locale Bevan E Menez Arré et l’inquiétude du Parc Naturel Régional d’Armorique.

Afin d’analyser le dossier soumis à enquête publique, Eau & Rivières de Bretagne a pris l’initiative d’organiser le 19 janvier, une réunion de concertation à laquelle ont été invitées les collectivités concernées de la vallée du Léguer (mairie de Lannion, mairie de Perros-Guirec, Syndicat d’eau de Traou Long, comité de bassin versant) ainsi que les associations de protection de l’environnement et de pêche de la vallée. Curieusement, au moment où est prônée la gestion de l’eau par bassin versant, alors que l’impact des rejets de l’abattoir intervient principalement dans les Côtes d’Armor, ni les services de l’Etat, ni la Commission départementale de l’environnement, des risques sanitaires et technologiques (CODERST) des Côtes d’Armor, n’ont été consultés sur le projet d’autorisation.

Collectivités et associations sont donc décidées à faire valoir leur analyse de ce projet auprès du commissaire-enquêteur, et à demander au Préfet des Côtes d’Armor que la CODERST de ce département puisse être consultée sur le futur projet d’arrêté.

Voir les actualités de l'année 2007.

crédits - mentions légales - plan du site - contact