Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

L'info de la semaine 35/2006

QUI PAYE QUOI POUR L'EAU EN BRETAGNE ?

L’agence de l’eau Loire Bretagne vient de rendre publics les montants des redevances qu’elle perçoit auprès des pollueurs, ainsi que le montant des aides qu’elle a accordées en 2005. Des chiffres qui sont les bienvenus pour apprécier la contribution respective des divers usagers au financement de la politique de l’eau.

Les redevances pollutions

Ce n’est pas une surprise : ce sont les collectivités, c’est-à-dire les consommateurs domestiques, qui paient la très grande majorité des redevances : 82 % exactement, pour un montant de 37 millions d’€uros. Viennent ensuite les industriels, avec 15 % (6,9 millions d’€uros). Enfin, on trouve l’agriculture, qui ne représente que 2 % des redevances perçues par l’agence (1,1 million d’€uros), alors que cette activité est à l’origine de 90 % des nitrates qui polluent les eaux de la région, qui sont à l’origine des marées vertes, et qui posent d’immenses difficultés pour la production d’eau potable.
Ce déséquilibre dans le financement des agences est directement lié au refus des différents gouvernements d’appliquer normalement le principe pollueur-payeur à l’activité agricole.

Les aides
En 2005, le montant des investissements engagés en faveur de la lutte contre la pollution ayant bénéficié d’aides de l’agence s’est monté à 222 millions. Il s’agit de travaux engagés par les collectivités (140 millions), l’agriculture (67 millions) et l’industrie (13 millions).
On constate donc bien que si l’agriculture ne participe que très faiblement au budget de l’agence de l’eau, elle bénéficie au contraire d’importants financements qui sont donc directement supportés pour l’essentiel par les consommateurs.

C’est ce que l’on appelle un transfert de charges…

Voir l'info des autres semaines.

FORUM

Réagissez à cet article

crédits - mentions légales - plan du site - contact