Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


l'info de la semaine 34/2006

LA MACHINE A LAVER LES ALGUES VERTES : UNE ABSURDITE INUTILE

Les associations De la source à la mer, Halte aux marées vertes, Eau & Rivières de Bretagne et Sauvegarde du Trégor réagissent.

Les marées vertes, engendrées par la pollution des nitrates, envahissent en Bretagne les plages de 120 communes ; les mairies sont contraintes de ramasser, stocker, et éliminer, 70 000 m3 de ces algues nauséabondes, pour une dépense annuelle de 500 000 €. A ce budget, financé par nos impôts, s’ajoutent les frais de fonctionnement de multiples structures (prolittoral, Ceva …).

Cela n’est sans doute pas assez, puisque depuis quelques semaines, une « machine à laver les algues » a été installée sur la plage de St-Michel en Grève (22) !

Voilà une initiative qui, sans nul doute, donne bonne conscience à quelques élus et techniciens dépités devant le retour inexorable des algues vertes sur nos plages. Demain sans doute, d’autres « expérimentations » mobilisant d’importants fonds publics seront en œuvre : pourquoi se contenter de laver les algues vertes ? Pourquoi demain ne pas les sécher une par une, puis les repasser, les colorier… ?

Plus sérieusement, comment des « responsables » peuvent-ils se laisser embarquer dans des expérimentations aussi inutiles ?

A qui fera-t-on croire, qu’on pourra régler le problème des marées vertes en lavant les 70 000 m3 qui s’échouent sur nos côtes ?

Nos « responsables » ont-ils, une seconde, réfléchi au coût énergétique de cette machine, et du ballet de tracteurs qui vont et viennent sur la plage ?

Les citoyens ne sont pas dupes : ils savent bien qu’en définitive, ces expérimentations ne sont là que pour faire illusion, et qu’elles n’ont pas d’autre effet que de retarder la mise en œuvre des vraies solutions de réduction des pollutions.

Au lieu de gaspiller l’argent public dans des expérimentations à la shadock
sous couvert de « recherche », il vaudrait mieux l’employer à soutenir l’évolution des exploitations agricoles vers le développement durable. Cela implique une véritable volonté et un vrai courage politiques.

Alors, faute de les avoir, on « lave les algues » !

Voir l'info des autres semaines.

FORUM

Réagissez à cet article

crédits - mentions légales - plan du site - contact