Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Actualités 2015

Actu semaine 17/2015


Trieux : les curieux rejets de l'agglo guingampaise

 

 Trieux Guingamp

Rénover les réseaux et collecter tous les rejets polluants, une nécessité pour éviter la pollution du Trieux

Guingamp Communauté soumet en ce moment à enquête publique un projet d'autorisation d'exploitation pour les stations d'épurations de Grâces et Plouisy. Eau & Rivières de Bretagne a épluché les quelques 600 pages des deux projets.

Un état des lieux insuffisant

Le 1er chiffre surprenant est la charge d'eaux usées, industrielles et domestiques, à traiter par les deux stations. Elle représente une pollution équivalente à celle d'une ville de 95000 habitants, pour une population estimée autour de 22000 habitants ! Mais alors d’où vient ce chiffre ? Celui-ci s'explique en partie par les rejets de plusieurs usines présentes sur le territoire.

La gestion de ce volume est donc un enjeu majeur pour la qualité des eaux du Trieux, d'autant que les rejets s'effectuent sur le cours moyen du cours d'eau. De plus, les eaux du Trieux sont fréquemment utilisées pour la pratique de sports nautiques et pour la production d'eau, qui alimente plusieurs milliers de consommateurs. Sans compter les nombreux saumons qui remontent le cours d'eau.

Pourtant, la situation actuelle met en évidence trois difficultés majeures.

- D'un côté, la station d'épuration de Grâces, qui gère principalement les rejets des industriels, est exposée à des dépassements chroniques des eaux à traiter. Les volumes journaliers admis en traitement dépassent les valeurs limites 30 % du temps.
- Pour la station de Plouisy, le problème est encore plus grave. En effet, en période pluvieuse et de nappes hautes, 82 % du temps, la station est confrontée à une surcharge hydraulique. Conséquence : la vanne à l'entrée se ferme et tous les rejets sont directements déversés dans le Trieux !! Cette situation chronique de rejets directs des eaux usées est absolument anormale, c'est le problème prioritaire à solutionner.
- En outre, il faut rappeler que la qualité bactériologique du Trieux est très insuffisante. En 2014, les dépassements de normes constatés en septembre, puis en octobre et novembre, ont d'ailleurs conduit le maire de Guingamp a signé un arrêté d'interdiction de baignade et d'activité nautique. Pourtant, aucune analyse bactériologique n'est fournie au dossier.

Des améliorations mais...

Pour répondre à ces dysfonctionnements, Guingamp Communauté axe son projet sur trois points : mettre en place un dispositif de traitement du phosphore ; procéder à une légère augmentation de la station de Grâces et enfin, re-diriger une partie du flux de pollution de la station de Grâces vers celle de Plouisy.

Le projet présente plusieurs améliorations et conduit notamment à réduire les flux de phosphore déversés au Trieux. Cette évolution est positive, néanmoins, le niveau de rejet envisagé ne satisfait pas à l'objectif du SAGE (Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux) Argoat-Trégor-Goélo. L'autorité environnementale souligne elle-même ce point dans son avis « le mémoire en réponse de Guingamp Communauté n'apporte pas de réponse à cette nécessaire compatibilité avec l'objectif et la stratégie du SAGE ».

Et c'est particulièrement le cas pour les rejets de l'entreprise Entremont Alliance. Alors qu'elle possède une autorisation qui s'élève déjà à hauteur de 30 kg/jour, l'entreprise sollicite encore une augmentation à 45 kg/jour, soit + 50 % ! Les industriels doivent donc, soit réduire à la source leur production de phosphore, soit traiter davantage eux-mêmes ces quantités, plutôt que de les envoyer à la station de Grâces.

Par ailleurs, le problème des réseaux de collecte des effluents n'est pas dissociable des performances des deux stations d'épuration, dès lors que la mauvaise qualité de ces réseaux engendre (selon le dossier de l'enquête publique) un abaissement significatif de l'efficacité épuratoire des stations. Guingamp Communauté a déjà engagé des travaux de détection et de réduction des eaux parasites. Mais le dossier ne permet pas d'apprécier le résultat de ces travaux, ni les résultats attendus des travaux futurs. Pourtant, pour assurer l'amélioration de la qualité des eaux du Trieux, les travaux d'amélioration de la collecte et leur transfert vers la station d'épuration de Plouisy doivent être prioritaires sur les investissements consentis au ré-aménagement des stations.

Eau & Rivières demande donc à ce que le projet de modernisation de l'assainissement local soit amélioré pour prendre en compte l'objectif de bon état écologique sur le paramètre phosphore et pour réduire notablement la fréquence des rejets directs d'eaux usées à Pont-Ezer et les dysfonctionnements de la station de Grâces.

Lire notre avis complet

crédits - mentions légales - plan du site - contact