Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


Nature et Biodiversité

Les zones humides bretonnes


La notion de zone humide recouvre un éventail très large de milieux, en fait tous les milieux qui vont se retrouver engorgés en eau à un moment ou un autre de l’année (cf. définitions).
En Bretagne, les paysages où l’on retrouvera le plus souvent les conditions qui permettent l’existence de tels milieux sont principalement le littoral et les fonds de vallées, et dans une moindre mesure les pentes et les plateaux.

Les spécificités qui font une zone humide (eau, sol, végétation) sont sujettes, sur l’ensemble du territoire, à de grandes variations qui vont donc induire une très grande diversité des types de zone humide que l’on peut rencontrer en Bretagne :

a) Les zones humides du littoral

1. La Slikke ou vasière
Cette zone humide correspond à la vasière quasi-nue qui est submergée à chaque marée haute. Elle peut être engorgée d’eau salée en zone littorale ou d’eau saumâtre en zone estuarienne.
• Flore associée = zostère, spartine, et salicorne…
• Faune associée = mollusques bivalves (coquillages), annélides (vers), oiseaux limicoles (chevaliers, bécasseaux…), tadornes...
• Usages = mytiliculture, conchyliculture, pêche à pied…

2. Le Schorre ou pré-salé
Cette zone humide littorale ou estuarienne correspond à l’estran qui ne sera submergé qu’aux marées de vives eaux. Le schorre est aussi appelé herbu ou herbier du fait de sa couverture par une végétation herbacée halophile (plantes qui supportent le sel).

• Flore associée = aster maritime, soude maritime, obione, statice commun, puccinellie…
• Faune associée = nombreux invertébrés (crustacés, insectes…), les alevins de nombreux poissons qui s’y abritent (nursery)…
• Usages = pâturage

3. Le marais littoral et l’arrière-dune
Les dépressions formées à l’arrière des cordons de dunes ou de galets sont propices à la stagnation des eaux saumâtres et donc à l’installation d’une zone humide. Celle-ci peut prendre plusieurs formes : dépression humide, lagune, ou marais littoral sur des surfaces plus étendues. La végétation varie également selon la morphologie de l’arrière dune (roselière, prairie, boisement humide...)
• Flore associée = roseau commun, marisque, agrostide blanc, jonc articulé, tétragone maritime…
• Faune associée = insectes, batraciens (pélodyte ponctué, crapaud calamite), oiseaux (limicoles, anatidés)…
• Usages = chasse, pêche

4. Le marais salant ou saline
Cette zone humide correspond à un marais littoral qui a été artificialisé dans un objectif de production de sel. Parcourue de canaux et constituée de bassins, la saline est régulièrement inondée de façon contrôlée.

• Flore associée = salicorne, obione, soude maritime, statice commun, moutarde noire…
• Faune associée = Oiseaux limicoles (
échasse blanche, avocette…), aigrette garzette...
Usages = production de sel


b) Les zones humides de fond de vallée

1. La ripisylve
Cette zone humide est constituée de la bande boisée qui s’étend le long des berges des cours d’eau.
• Flore associée = aulne glutineux, frêne commun, saules, iris jaune, osmonde royale…
• Faune associée = castor d’Europe, loutre d’Europe, campagnol amphibie, martin pêcheur…
• Usages = Production de bois, pêche

2. La forêt alluviale et le boisement humide
Ces zones humides sont des formations arborées installées dans les fonds de vallée. On distingue les boisements constitués d’espèces ligneuses colonisatrices telles que les saules, des futaies plus anciennes.

• Flore associée = aulne glutineux, frêne commun, chêne pédonculé, saules, bouleaux, peupliers, osmonde royale…
• Faune associée = bécasse des bois, escargot de Quimper, chauves-souris…
• Usages = production de bois, chasse

3. La mégaphorbiaie ou friche humide
Cette zone humide est caractérisée par une végétation herbacée haute hétérogène. La friche humide s’installe le plus souvent à la place de prairies humides en fond de vallée à la suite d’une déprise agricole.
• Flore associée = reine des prés, angélique des bois, épilobe hirsute, eupatoire chanvrine, salicaire commune…
• Faune associée = Nombreux insectes, araignées, couleuvre à collier, micro-mammifères…
• Usages = cette zone humide est caractéristique d’un abandon d’usage

4. La cariçaie et la roselière
Ces deux types de zones humides sont en fait des mégaphorbiaies particulières, qui se développent en ceinture de plans d’eau ou en fond de vallée, et au sein desquelles la végétation herbacée haute est non plus hétérogène mais dominée par une famille : les grandes laiches ou carex, formant des sortes de dômes végétaux (les touradons), dans les cariçaies, et les roseaux en colonie dense dans les roselières.

• Flore associée = roseau commun, massettes, baldingère, marisque, glycérie aquatique, laiches ou carex…
• Faune associée = Passereaux paludicoles (rousserolles, phragmites, gorrge-bleue...), hérons (butor, héron pourpré...), anatidés (canards), odonates (libellules et demoiselles), vipère péliade…
• Usages = production de chaume, de litière, de pâte à papier, chasse



5. La prairie humide
Cette zone humide est une prairie généralement riveraine des cours d’eau, caractérisée par un engorgement de son sol en eau temporaire (l’hiver) par remontée de la nappe phréatique. La formation végétale herbacée caractéristique de la prairie humide ne se maintient, le plus souvent, que par l’entretien réalisé par la pratique agricole (fauche et/ou pâturage).
• Flore associée = joncs, molinie bleue, lychnis à fleur de coucou, cardamine des prés, cirse des Anglais …
• Faune associée = batraciens (grenouille rousse), campagnol amphibie, nombreux insectes (
papillons, abeilles, criquets et sauterelles…
• Usages = pâturage, production de fourrage, chasse

6. La lande humide
Cette zone humide est une lande qui, du fait de sa topographie ou de sa proximité avec le réseau hydrographique, va voir son substrat engorgé en eau régulièrement tous les hivers.
• Flore associée = bruyère à quatre angles, callune, ajoncs, sphaignes, molinie bleue, gentiane pneumonanthe…
• Faune associée = Nombreux insectes spécialisés, araignées, lézard vivipare, vipère péliade, courlis cendré, busards...
• Usages = pâturage, production de litière, chasse


7. La prairie inondable
C’est une zone humide, située dans la zone d’expansion des crues d’un cours d’eau, située plutôt à l’aval d’un bassin versant. Les inondations saisonnières (hivernales) lui confèrent un peuplement biologique riche et particulier.

• Flore associée = jonc acutiflore, oenanthe à feuille de silaus, gratiole officinale, fritilaire pintade…
• Faune associée = tarier des prés, vanneau huppé, frayères de poissons…
• Usages = pâturage, production de fourrage, chasse


c) Les zones humides de pente et de plateau

1. Mares et ceintures d’étangs ou de plans d’eau
Ces zones humides sont constituées d’espaces, inondés ou exondés suivant le niveau d’eau de la zone en eau associée, et dont le sol est en permanence engorgé d’eau. On trouve ces espaces le plus souvent au niveau des queues d’étangs et de plans d’eau.

• Flore associée = roseau commun, laiches, iris jaune, cœléanthe délicat, petite Utriculaire…
• Faune associée = loutre, campagnol amphibie, anatidés (canards), poissons, amphibiens, libellules,…
• Usages = pêche, loisir

2. La tourbière
Cette zone humide, qui se forme souvent au niveau de dépressions localisées du relief, est caractérisée par l’accumulation de la tourbe, couche de matière organique qui ne se dégrade pas du fait de l’engorgement total et permanent du sol.

• Flore associée = narthécie des marais, sphaignes, linaigrettes, rossolis ou drosera, lycopode inondé, grassette commune, malaxis des marais…
• Faune associée = insectes spécialisés (sympetrum noir, criquet palustre, grillon des marais...), lézard vivipare, bécassine des marais, courlis cendré…
• Usages = production de tourbe : chauffage

Télécharger le tutoriel : Formation à la reconnaissance des zones humides (juin 2012)

Bibliographie :
• Bioret F. et al. (1994) : Catalogue des espèces et des habitats de la Directive Habitats présents en Bretagne, ed. DIREN, 232 p.
• Charbonnier L. (1984) : Evolution des zones humides d'intérieur de Bretagne, ed. Bretagne Vivante SEPNB, 267 p.
• Conservatoire Botanique National de Brest, DIREN Bretagne : Inventaire et cartographie des habitats dans les sites Natura 2000 de Bretagne - Eléments pour la rédaction d'un cahier des charges, ed CBN, 16 p.
• Merot et al. (2000) : Ty-Fon : typologie fonctionnelle des fonds de vallée en vue de la régulation de la pollution diffuse, rapport de synthèse final, ed. PNRZH, 115 p.
• Barnaud G. (1998) : Conservation des zones humides : concepts et méthodes appliquées à leur caractérisation, ed. MNHN, 447 p.
• Conservatoire Botanique National de Brest, DIREN Bretagne (2004) : Fiches Habitats, http://natura2000.bretagne.ecologie.gouv.fr/nng_index.php3
• Institut Français de l’Environnement (2005) : Les zones humides de la Manche et de l'Atlantique, http://www.ifen.fr/zoneshumides/pages/medd_zh_Manche.htm et Diversité géographique et intérêt écologique des zones humides, http://www.ifen.fr/zoneshumides/pages/medd_divgeo.htm
• Bretagne Environnement (2006) : Fiches nature, http://www.bretagne-environnement.org/Patrimoine-naturel/Les-milieux/Les-tourbieres
Système d'Information sur l'Eau du bassin Rhône-Méditerranée (2005) : Les 13 grands types de zones humides (la typologie SDAGE / SAGE), http://sierm.eaurmc.fr/zones-humides/zones-humides-types.php
• Forum des marais atlantiques : guide méthodologique des inventaires en Finistère www.forum-marais-atl.com


crédits - mentions légales - plan du site - contact