Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


actualités

Actu semaine 35/2010                 Réagissez à cette actu

Amendements LE FUR sur les élevages : 
le secret de polichinelle dévoilé


porcelets
Pour une pollution durable : l'amendement LE FUR voulait abaisser les seuils d'autorisation des élevages industriels

Qui avait pu les inspirer ???

Ces amendements au projet de loi de modernisation agricole déposés par le député de Lamballe Marc LE FUR, amendements qui ne visaient qu'un seul but : faire reculer la législation environnementale applicable aux élevages industriels en baissant le seuil d'autorisation, en les dispensant d'étude d'impact sur l’environnement, en raccourcissant les délais dans lesquels les tiers peuvent recourir devant les tribunaux à l'encontre des autorisations... Certains de ces amendements ont été adoptés et complexifient sans aucun motif d'intérêt général la législation sur les installations classées. A quoi riment les sempiternelles demandes de simplifications administratives, lorsque des motifs socio-professionnels militent ainsi pour une complexification des règles. Paradoxal ! voir l'actu semaine 33

Certes, en cherchant à qui profitaient ces amendements, on avait déjà une petite idée …

Mais un courrier de la Cooperl, premier groupement porcin de France installé à Lamballe, dévoile le pôt aux roses : dans une lettre adressée au Préfet de région le 3 juin 2010, son président et son directeur général soulignent au préfet qu'ils ont rencontré quelques jours auparavant "leur" député : "sachez par ailleurs que nous travaillons de concert avec les parlementaires, notamment notre député Marc LE FUR, pour améliorer le contexte règlementaire via quelques amendements à la Loi de Modernisation Agricole".

Et ce n’est pas tout !

La Cooperl, dont le site internet indique pourtant « au cœur de nos préoccupations, l’environnement », n’y va pas par quatre chemins pour faire part de ses "inquiétudes" sur une « application stricte » (!) de la réglementation concernant le phosphore. Il est vrai que l’Etat envisage d’appliquer enfin en Bretagne un arrêté ministériel de… 2005 qui impose de ne pas apporter sur les terres d’épandage plus de phosphore que les plantes ne peuvent en éliminer !  Voilà en effet qui à de quoi inquiéter ! L'arrêté ministériel du 7 février 2005 vise à assurer l'équilibre de la fertilisation, règle agronomique de bon sens, dont l'oubli est pour une large part à l'origine des pollutions diffuses agricoles qui frappent les eaux bretonnes depuis plusieurs décennies.

Et au cas où le préfet n’aurait pas bien compris le message, les dirigeants de la Cooperl d’ajouter : « vous mesurez bien notre attente forte de voir s’assouplir les règles concernant la restructuration des exploitations » !

Fermez le ban !

Lire le courrier de la Cooperl au préfet de région Bretagne du 3 juin 2010

crédits - mentions légales - plan du site - contact